Informations

Quelles sont les causes de la dopamine dans notre corps

Quelles sont les causes de la dopamine dans notre corps

J'étais curieux de savoir quelles sont les causes naturelles de la sécrétion de dopamine dans notre corps.

Y a-t-il des aliments spécifiques qui augmentent le niveau de dopamine ?

On dit que la dopamine est généralement élevée lorsque vous êtes amoureux, est-ce un mythe ou un fait ?

Comment la dopamine affecte-t-elle le comportement/l'humeur ?


Permettez-moi d'étendre une réponse plus empathique; Ce site est génial, mais les réponses rigides sont parfois difficiles à digérer.

La dopamine est un neurotransmetteur qui fonctionne essentiellement comme un messager entre les cellules nerveuses. Il vous indique quand vous faites quelque chose de bien en libérant un produit chimique qui dit au cerveau « c'est bien, c'est bien ». Il est étroitement associé à la prise de risque et au comportement motivé par la récompense ; des voies ou des sillons dans le cerveau sont créés chaque fois qu'une sensation est perçue comme bonne ou vous rend heureux. La perception de chacun de « heureux » ou de « bon » est différente en fonction des expériences de vie qu'ils ont enregistrées dans le cerveau et des sillons qu'ils créent au fil du temps.

La dopamine est délicate… la libération de dopamine (en grande quantité) a tendance à vous laisser avec un « high » ou une sensation d'extase… mais elle peut également conduire rapidement à une dépendance ou à des habitudes destructrices. Chaque fois que la dopamine est libérée, un sillon est créé et forme une habitude ; Souvent, inconsciemment, vous suivez ce rythme à chaque fois qu'une situation similaire se présente parce que la première fois que vous l'avez fait, cela a conduit au plaisir. C'est là que le comportement conscient devient vraiment un facteur important, si vous cherchez à empêcher ces habitudes de prendre le dessus sur votre vie.

Là où certaines drogues sont susceptibles de libérer des quantités plus élevées de dopamine que d'autres… il y a d'autres choses dans la vie qui créent les mêmes sillons de dopamine que les drogues, souvent en quantités égales. Nourriture, sexe, gratification du travail, notifications sur les réseaux sociaux (les recherches à ce sujet aujourd'hui sont étonnantes ; maintenant que les plateformes de réseaux sociaux existent depuis plus d'une décennie, nous commençons à voir la relation entre la dépression et la dépendance aux réseaux sociaux)… tout de ces choses s'enregistrent comme agréables au cerveau et donc des rainures sont créées pour vous rappeler comment vous comporter à l'avenir si vous voulez atteindre le même « bon » sentiment.

Les chiens de Pavlov sont un exemple classique de façons dont vous pouvez entraîner le cerveau à effectuer les réactions souhaitées à l'aide de la dopamine ; mais aussi un exemple de la façon dont il peut être utilisé pour asservir un être par le biais d'un comportement de formation de pensée. De nombreux arguments pourraient être avancés sur ce dernier point… de la distraction massive de la population à l'abrutissement de l'humanité par ceux qui sont en mesure de contrôler… mais c'est pour un autre sujet 

La dopamine est une fonction incroyable de votre corps… il est sage de comprendre comment elle fonctionne et comment elle affecte votre prise de décision quotidienne. Je pense que les téléphones portables sont un excellent exemple de la façon dont nous avons laissé notre comportement devenir incontrôlable ; Je dirais que nous sommes tous accros à la stimulation et à la surcharge de nos sens. Au fil du temps, les effets se manifesteront. Mon conseil est de vous simplifier la vie et d'essayer de limiter l'interaction sensorielle chaque jour. Profitez au maximum des petites choses.

Les références:

https://www.psychologytoday.com/blog/brain-wise/201209/why-were-all-addicted-texts-twitter-and-google

https://en.wikipedia.org/wiki/Dopamine


La façon dont vous décrivez la dopamine méconnaît fondamentalement le fonctionnement des neurotransmetteurs.

Il est logique de parler d'hormones comme étant élevées ou réduites au-dessus d'un niveau de référence. Cela ne fonctionne pas pour les neurotransmetteurs tels que la dopamine, la sérotonine et l'ocytocine. En effet, les hormones sont généralement synthétisées et libérées dans des systèmes spécifiques et sont distribuées de manière assez uniforme dans le sang.

Les neurotransmetteurs n'ont pas cette propriété. Ils sont produits dans des neurones spécifiques (par exemple, les noyaux du raphé produisent de la sérotonine) et sont distribués dans les corps cellulaires neuronaux. Ils sont ensuite libérés par des neurones individuels en tant que signal. Alors qu'un neurone peut libérer de la sérotonine, le prochain ne le peut pas.

C'est pourquoi l'idée de stimuler un neurotransmetteur à tous les niveaux est fausse, et pourquoi des déclarations générales telles que la dopamine étant élevée en amour n'ont pas de sens. La dopamine n'est pas quelque chose que le cerveau pompe, mais est utilisée comme un signal par un neurone communiquant avec un autre. Certaines actions ou conséquences peuvent entraîner Suite libération de dopamine dans certaines parties du cerveau, mais c'est parce que le cerveau signale l'action/le résultat particulier qui a conduit à la libération de dopamine.


Que sont les neurotransmetteurs ?

La dopamine est un neurotransmetteur qui envoie des messages au cerveau.

Les neurotransmetteurs sont définis comme un groupe d'agents chimiques libérés par les neurones. Ces messagers chimiques relient le cerveau et la moelle épinière aux muscles, aux organes et aux glandes en envoyant des « signaux » pour exécuter certaines fonctions dans le corps. Ils interagissent également avec des sites spécifiques appelés récepteurs situés dans tout le cerveau pour réguler les émotions, la mémoire, la fonction cognitive, la durée d'attention, l'énergie, l'appétit, les fringales, la sensibilité à la douleur et les habitudes de sommeil.

Les déséquilibres de ces produits chimiques ont un impact sur notre comportement et notre qualité de vie et peuvent créer une grande quantité de problèmes de santé, tels que :

  • Anxiété
  • Dépendance
  • Troubles du comportement
  • Troubles cognitifs
  • Maladies (telles que la maladie de Parkinson)
  • Fatigue
  • Déséquilibres hormonaux
  • Troubles de l'humeur
  • Obésité
  • La douleur

La psychologie de la déception


Partagez cette infographie sur votre site !


L'étude de la déception n'en est qu'à ses balbutiements, mais il y a un aspect physiologique certain à ce qui se passe dans le cerveau, lorsque les gens ressentent l'émotion que nous appelons « déception ».

Pour le profane, il semble si évident que…
Quand quelqu'un considère une action risquée, il ou elle formera une attente préalable du gain, et si le résultat est pire que prévu, cette personne ressentira une émotion appelée déception. Si le résultat dépasse les attentes, l'émotion est appelée exaltation
En d'autres termes, quand les choses vont bien : vous vous sentez heureux. Mais quand les choses tournent mal : vous ressentez de la frustration, des regrets et oui… souvent de la déception.
http://arno.uvt.nl/show.cgi?fid=13497

Émotions les plus couramment vécues :
1. Amour
2. Regretter
3. Déception
http://www.psychologytoday.com/blog/fulfillment-any-age/201204/disappointed-six-ways-recover-emotional-setbacks

Les coups de déception écrasants et émotionnels : sont exacerbés lorsque vous êtes déçu par quelqu'un en qui vous avez confiance et qui s'attend à vous donner ce que vous voulez. Une déception constante avec un être cher peut conduire au blâme, au ressentiment et même à la rage.
http://www.yourselfinbalance.com/disappointment.html

Alors… quelle est cette émotion que nous appelons « déception » ?
Théories cliniques
La déception est :
1. … la réaction psychologique à un résultat qui ne correspond pas aux attentes. Plus la disparité est grande, plus la déception est grande.
2. … une manière dont la tristesse est vécue.
3. … l'expérience que vous ressentez lorsque vous considérez ce qui aurait pu être, par opposition à ce qui existe dans le présent.
4. … ce qui vient avec la finalité – la reconnaissance que vous n'avez pas, que vous n'avez pas obtenue ou que vous n'obtiendrez jamais ce que vous vouliez.
5. … l'acceptation de la réalité. Cela vous oblige à admettre que vous n'avez pas obtenu ce que vous vouliez avoir, et il vous est en fait plus facile de protester avec colère que de rencontrer votre tristesse face au cours des événements. La colère vous permet de continuer à idéaliser ce qui aurait pu être tout en le dénigrant consciemment, et les gens ne s'y accrocheront que parce que c'est ce dont ils avaient besoin à l'époque.
http://www.psychologytoday.com/blog/intense-emotions-and-strong-feelings/201111/expectation-sadness-and-disappointment

La configuration psychologique de la déception :
1. Vous êtes dans une situation dont l'issue est incertaine
2. Vous espérez une issue positive
3. Vous sentez que vous méritez le résultat positif
4. Vous êtes surpris de ne pas avoir atteint le résultat
5. Vous ne pouviez pas contrôler le résultat par des actions personnelles

Une analogie sportive empirique : Dans une étude sur les fans de baseball qui souffrent depuis longtemps, les fans plus âgés étaient moins sujets à l'effet de déception. En d'autres termes, plus vous avez connu une sécheresse gagnante depuis longtemps, mieux vous êtes en mesure de gérer vos attentes et d'encaisser les pertes de votre équipe dans la foulée.
Source : Rainey, D. W., Larsen, J., & Yost, J. H. (2009). Théorie de la déception et déception chez les fans de baseball. Journal of Sport Behaviour, 32 (3), 339-356. Rainey, D. W., Yost, J. H., & Larsen, J. (2011). Théorie de la déception et de la déception chez les fans de football. Journal du comportement sportif, 34(2), 175-187.
Effets psychologiques : Déception, vs. stress, excitation :
Des émotions parfois liées à la déception :
Tristesse
Colère : il est beaucoup plus facile de transférer cette émotion plutôt que d'affronter la déception
http://www.psychologytoday.com/blog/intense-emotions-and-strong-feelings/201111/expectation-sadness-and-disappointment
Apathie

Symptômes physiologiques parfois liés à la Déception

Émotions parfois liées à l'excitation :

Enthousiasme
Zèle
Euphorie
Joie
Joie

Émotions parfois liées au Stress :

Agression
Un état émotionnel de colère envers vous, une autre personne ou parfois envers le monde entier.
Apathie
Vous ne vous souciez de rien et vous ne voulez rien faire.
La culpabilité
Un sentiment qui survient lorsque vous avez déjà fait ou que vous voulez faire quelque chose qui est classé comme mauvais.
Dépression
Un état dans lequel vous êtes triste et sentez que vous ne pouvez profiter de rien parce que votre situation est si difficile et désagréable. Le présent et le futur semblent si sombres et obscurs, ce qui entraîne des soupçons et des peurs supprimant le plaisir des choses simples habituelles.
mauvaise humeur
La mauvaise humeur et le manque d'humeur du tout sont les formes les plus légères de l'apathie et de la dépression.
Tension
Un sentiment que vous voulez faire quelque chose même si ce n'est pas si clair exactement
Incapacité à se concentrer
Vous savez que quelque chose vient de traverser votre esprit mais vous ne pouvez pas vous en souvenir.
Faible estime de soi
Sentir que vous n'êtes bon à rien et que vous ne pouvez rien faire de vraie valeur.
Irritabilité
Vous êtes facilement agacé et irrité par tout et par tout le monde.
Déception
C'est l'état de se sentir plutôt triste parce que quelque chose ne s'est pas produit ou que quelque chose n'est pas aussi bon que vous l'espériez.
Solitude
C'est le malheur parce que vous n'avez pas d'amis ou n'avez personne à qui parler. .
Être inquiet
Vous continuez à penser à vos problèmes ou à des problèmes qui pourraient survenir, vous avez peur sans menace spécifique ou directe.
Réactions physiologiques parfois liées à l'excitation
Engourdissement
Parfois, à cause du stress, vous ne pouvez rien ressentir dans une partie particulière de votre corps, jambes, bras
Maux de tête
Les maux de tête peuvent être causés par différentes raisons, l'une d'entre elles étant le surmenage chronique et le stress
Vagues chaudes et froides
Sensation de chaleur ou de froid, quelle que soit la température de l'air.
La diarrhée
L'état des tripes est douloureux et provoque souvent des diarrhées suite au stress.
Transpiration
Transpiration sans raison apparente même s'il fait froid. Il commence à partir des paumes et des aisselles et peut apparaître sur le visage et l'ensemble du corps.
Picotement
Une légère sensation de picotement dans les bras, les doigts, les jambes ou les orteils. Parfois, on a l'impression d'avoir des milliers d'aiguilles coincées dans les jambes
Une sensation de vomissement
Vous avez constamment envie de vomir et souvent vous ne voulez pas manger.
Rythme cardiaque accéléré
Vous sentez que votre cœur va se briser. Sans aucune raison, ton cœur bat si vite et si fort que tu sens que quelque chose va lui arriver
Cauchemars
Les mauvais rêves que vous faites souvent, parfois récurrents
Fatigue
La fatigue est une conséquence naturelle des longues heures de travail ou des conflits et est l'un des effets physiques les plus courants du stress.
www.stress-management-for-health.com/physical-effects-of-stress.html

Comparaison des réactions physiologiques et chimiques au stress, à l'excitation :
1. Lorsque nous sommes excités par nos attentes, notre cerveau libère une substance chimique appelée sérotonine, qui est un neurotransmetteur de « bien-être ». Il interagit avec l'adrénaline (l'hormone libérée par la médullosurrénale) et le système nerveux sympathique, ce qui fait battre le cœur, accélérer le pouls et faire briller les yeux. La dopamine, la noradrénaline et la sérotonine se combinent pour produire des sensations d'excitation.
2. Lorsque nous sommes extrêmement stressés, craintifs ou en colère, le système nerveux sympathique est également déclenché et cela, bien sûr, a les effets physiques similaires du rythme cardiaque et de l'accélération du pouls, mais cet effet est communément connu sous le nom de "combat-ou- syndrome de fuite ».
3. La déception est une émotion qui stimule le système nerveux parasympathique. Une réponse chimique est déclenchée qui se traduit par de la mélancolie, de l'inertie et un sentiment de désespoir. S'il y a des « montagnes russes » prolongées d'émotions excitation/stress, suivies de mélancolie/inertie, une maladie grave induite par le stress peut survenir. Ceux-ci peuvent inclure des maladies cardiaques, des troubles digestifs et un système immunitaire déprimé.
http://www.selfgrowth.com/articles/Disappointment.html
4. Dans le système limbique du cerveau, lorsque le transmetteur neuronal dopamine, un produit chimique, atteint le cortex frontal, nous éprouvons du plaisir. La force de la sécrétion de dopamine augmente en prévision d'une récompense MAIS retiens la récompense (après l'anticipation) et la force de la sécrétion diminue. C'est peut-être la physiologie derrière l'émotion que nous appelons déception.
Source : Référence : Fiorillo, Christopher D., Philippe N. Tobler et Wolfram Schultz (2003) Discrete Coding of Reward Probability and Uncertainty by Dopamine Neurons. Science, 21 mars 299, 1898-1902. www.businesspsych.org
http://www.businesspsych.org/articles/256.html

Autres constatations :
1. Les enregistrements EEG de participants sujets à la déception suggèrent que les gens diffèrent dans leurs réponses neuronales lorsque les choses ne vont pas dans leur sens. L'effet dopamine ?
2. Psychologiquement, la déception engendre plus de pessimisme chez les personnes déjà peu tolérantes à la déception. Plus quelqu'un se sent déçu, plus on s'attend à ce que l'avenir produise plus de déceptions. Après un revers décevant, les décisions sont prises de manière plus impulsive.
Source : Tzieropoulos, H., de Peralta, R., Bossaerts, P., & Gonzalez Andino, S. L. (2011). L'impact de la déception dans la prise de décision : Iter les différences individuelles et la neuroimagerie électrique. Frontières en neurosciences humaines,4doi:10.3389/fnhum.2010.00235

Jeux de mots psychologiques

associé à la déception
1.
échec

associé à la déception
1.
triste

6 stratégies psychologiques pour lutter contre la déception :
Atteindre vos objectifs est le meilleur moyen d'éviter les déceptions. Mais, lorsque ces objectifs sont hors de portée, les psychologues disent que ces six étapes aideront à gérer efficacement les sentiments.

1. Révisez les attentes : essayez un peu de « pessimisme rétroactif ». Les psychologues sociaux ont identifié ce qu'ils appellent un « biais rétrospectif » dans lequel vous pouvez limiter leur déception en révisant les attentes élevées que vous aviez autrefois pour gagner. Dites-vous que vous ne vous attendiez pas vraiment à gagner et qu'avec le temps, le nouveau souvenir remplacera le douloureux souvenir d'origine.
2. Augmentez votre tolérance à la déception. Il n'y a aucune raison pour que les personnes peu tolérantes à la déception restent ainsi pour toujours. Ne laissez pas la déception engendrer le pessimisme, car si vous le faites, vous risquez de vous préparer à encore plus de déception à l'avenir.
3. Ne laissez pas la déception fausser les décisions économiques. Lorsqu'elle se sent déçue, une personne est plus susceptible de vendre à perte. Si votre équipe sportive préférée a perdu le championnat, ne vous précipitez pas pour jeter votre coffre au trésor plein de souvenirs sur eBay.
4. Évaluez le rôle d'une personne dans les déceptions personnelles. Les gens peuvent contrôler de nombreux résultats dans leur vie personnelle. Si les attentes de quelqu'un en matière d'amour et de travail ne se matérialisent pas de façon chronique, faites une évaluation honnête de ce qui doit être changé.
5. Contrôler l'identification avec une cause perdante. Les amateurs de sport qui se sentent le plus déçus sont ceux qui s'identifient le plus fortement à leurs équipes. Il n'y a rien de mal à être loyal, mais si cela nuit au bonheur quotidien d'une personne, elle doit trouver d'autres moyens de remonter le moral.
6. Utilisez l'humour pour augmenter l'émotion de déception. Les fans de sport fidèles qui conservent leur loyauté malgré des années de résultats décevants semblent presque apprécier leur identification avec l'outsider. Peut-être qu'en rejoignant les rangs des autres malades, une personne peut trouver du réconfort dans l'humour autodérision. Le rire est vraiment l'une des meilleures stratégies d'adaptation pour faire face aux déceptions et compense les conséquences de décisions erronées fondées sur le pessimisme.
http://www.psychologytoday.com/blog/fulfillment-any-age/201204/disappointed-six-ways-recover-emotional-setbacks

Attends, tout n'est pas si mal. Déception…
1. Fournit des informations sur la façon dont nous nous voyons nous-mêmes, le monde et les autres.
2. Vous aide à mieux comprendre ce qui est important pour vous, si vous examinez la cause de la déception.

Henry David Thoreau : « Si nous sommes assez calmes et prêts, nous trouverons une compensation à chaque déception. »

En d'autres termes, nous pouvons découvrir la perspicacité et la sagesse de nos rencontres avec la déception lorsque nous regardons sous la surface.


Chasser la dopamine

Les neurochimiques contrôlent notre existence et nos désirs, et selon leurs niveaux, nos attentes et nos expériences personnelles peuvent être très relatif. Lorsque nous achetons quelque chose de nouveau, l'excitation ne dure pas éternellement, car le niveau de dopamine qui est libéré commence à diminuer. Ce phénomène, appelé en psychologie accoutumance, apparaît lorsque notre cerveau s'habitue au stimulus et commence à libérer de moins en moins de dopamine. Par exemple, gastronomie les restaurants appliquent ce principe en servant très petit portions, car le plaisir n'est ressenti très intensément que pour les 5 à 10 premières bouchées, puis nous commençons à nous habituer à ce goût spécifique.

Il y a toujours le danger de ciselure de plus en plus dopamine. Afin d'éviter cela, nous pourrions inhiber nos besoins constants d'induire du plaisir en appuyant de temps en temps sur pause, afin que nous puissions ressentir beaucoup plus la prochaine exposition au stimulus. intensément, avec beaucoup de dopamine. Notre cerveau en a besoin contrastes dans la vie afin d'apprécier les petites choses, et au lieu d'attendre que ces situations se produisent, nous pouvons consciemment créer eux.


Promesse probiotique

Alors que les bactéries nocives peuvent augmenter l'anxiété, plusieurs études ont montré que les bactéries bénéfiques peuvent calmer les souris sujettes à l'anxiété. Dans une étude de 2011 publiée dans le Actes de l'Académie nationale des sciences, par exemple, Bienenstock et ses collègues ont nourri un groupe de bouillon de souris BALB/c mélangé avec Lactobacillus rhamnosus, un microbe fréquemment vanté pour ses qualités probiotiques. Les souris d'un groupe témoin n'ont reçu que du bouillon, sans bonus microbien. Après 28 jours, les chercheurs ont soumis les souris à une batterie de tests pour détecter des signes d'anxiété ou de dépression.

Par rapport aux souris du groupe témoin, celles nourries avec Lactobacillus étaient plus disposées à pénétrer dans les zones exposées d'un labyrinthe, et également moins susceptibles d'abandonner et de commencer à flotter lorsqu'elles étaient soumises à un test de « nage forcée », un test qui sert de analogue de souris de certains aspects de la dépression humaine. Le régime probiotique a également émoussé les réponses physiologiques des animaux au stress du test de nage forcée, les obligeant à produire des niveaux plus faibles de corticostérone, l'hormone du stress. Et chez les souris nourries Lactobacilles, certaines régions du cerveau ont montré une augmentation du nombre de récepteurs de l'acide gamma-aminobutyrique, ou GABA, un neurotransmetteur qui coupe l'activité neuronale, gardant l'anxiété sous contrôle.

De nombreux chercheurs se sont demandé si des bactéries intestinales bénéfiques pouvaient atténuer l'anxiété et la dépression qui accompagnent souvent les troubles gastro-intestinaux tels que la maladie de Crohn, la colite ulcéreuse et le syndrome du côlon irritable (SCI). Bercik et ses collègues ont étudié cette question dans une étude de 2010 publiée dans Gastroenterology. Ils ont d'abord infecté des souris avec un parasite pour induire une inflammation intestinale chronique de bas grade. En plus de provoquer une inflammation intestinale, ce traitement a supprimé les niveaux de BDNF dans l'hippocampe et a provoqué un comportement plus anxieux des souris. Lorsque les souris ont ensuite été traitées pendant 10 jours avec le microbe bénéfique Bifidobacterium longum, leur comportement s'est normalisé, tout comme leurs niveaux de BDNF.

Comment les bactéries intestinales pourraient-elles influencer si profondément le cerveau et le comportement ? Une façon, selon certaines études, consiste à coopter le système immunitaire lui-même, en utilisant les cellules immunitaires et les produits chimiques qu'elles synthétisent pour envoyer des messages au cerveau. Mais comme l'a montré l'étude de Lyte en 1998, certaines bactéries peuvent induire des changements de comportement même sans déclencher de réponse immunitaire, ce qui suggère que d'autres canaux de communication intestin-cerveau doivent être à l'œuvre. Dans d'autres études, Bienenstock et d'autres ont découvert qu'au moins dans certains cas, les bactéries communiquent avec le cerveau via le nerf vague : lorsque le nerf vague est sectionné, les effets des bactéries intestinales sur la biochimie du cerveau, la réponse au stress et le comportement s'évaporent. Ces découvertes mettent non seulement en lumière la façon dont les bactéries peuvent influencer le cerveau, mais correspondent également à d'autres travaux chez l'homme qui suggèrent que la stimulation vagale peut être utilisée en dernier recours pour traiter la dépression. "Cela ouvre l'idée qu'une fois que nous aurons appris comment les bactéries communiquent avec le nerf vague, nous pourrons peut-être simuler cela avec de nouvelles molécules - des médicaments sans les bactéries", explique Bienenstock.

Lyte, dans un 2011 BioEssais article, a proposé un "système de livraison" neurochimique par lequel les bactéries intestinales, telles que les probiotiques, peuvent envoyer des messages au cerveau. Les bactéries intestinales produisent et répondent aux mêmes substances neurochimiques, telles que le GABA, la sérotonine, la noradrénaline, la dopamine, l'acétylcholine et la mélatonine, que le cerveau utilise pour réguler l'humeur et la cognition. De tels produits neurochimiques permettent probablement au cerveau d'adapter son comportement aux commentaires qu'il reçoit de l'armée de bactéries dans l'intestin. "Et pourquoi pas?" demande Lyte. Après tout, dit-il, compte tenu de l'abondance de bactéries inondées dans l'intestin humain, "ne serait-il pas logique que votre cerveau veuille garder un œil dessus ?" Cependant, la manière dont cette communication se déroule est une question ouverte. "Nous sommes vraiment au début d'essayer de comprendre comment tout est lié", dit Lyte. Ce qui est déjà clair, dit-il, c'est que "c'est un environnement très interactif, bien plus que ce à quoi nous nous attendions lorsque nous essayions de comprendre ces choses comme des systèmes autonomes".


Conditions associées à un taux élevé de dopamine

Il existe plusieurs conditions associées à des niveaux anormalement élevés de dopamine. Gardez à l'esprit que certaines conditions peuvent fluctuer entre une dopamine élevée et faible (par exemple, trouble bipolaire, schizophrénie, etc.).

  • Trouble bipolaire: On pense que les récepteurs hyperactifs de la dopamine peuvent déclencher une transition de la phase dépressive du trouble bipolaire à une phase maniaque (ou hypomaniaque). On pense que l'activité dopaminergique augmente pendant un état de manie. C'est pourquoi de nombreuses personnes atteintes de trouble bipolaire trouvent souvent que les médicaments antipsychotiques (qui abaissent la dopamine) sont utiles pour contrôler les phases maniaques.
  • Drogue “élevé”: Alors qu'une personne est « élevée » sur des drogues comme la cocaïne, les psychostimulants et d'autres drogues, les niveaux de dopamine sont élevés. Bien que les niveaux de dopamine deviennent élevés pendant que la personne est élevée, ils peuvent diminuer à un niveau inférieur à la ligne de base, comme avec les amphétamines. Cela conduit une personne à développer une tolérance au médicament et au fil du temps, ses niveaux de dopamine s'épuisent. Il faut une période de temps considérable à la personne pour rester sans drogue pour que les niveaux de dopamine remontent à la ligne de base.
  • Psychose: De nombreuses personnes souffrent de psychose à la suite d'une maladie mentale ou de la toxicomanie. Elle se caractérise par une perte de contact avec la réalité. Certains symptômes de la psychose sont probablement accentués par des niveaux anormalement élevés de dopamine et de fonction dopaminergique. Comme la schizophrénie, les personnes atteintes de psychose sont généralement traitées avec des antipsychotiques (qui abaissent la dopamine).
  • Schizophrénie: Certains sous-types de schizophrénie sont fortement influencés par la surproduction de dopamine. Lorsqu'une personne éprouve les symptômes positifs de la schizophrénie tels que des hallucinations et des délires, il y a généralement un excès de dopamine et un dysfonctionnement des mécanismes par lesquels elle est traitée. C'est pourquoi les personnes atteintes de schizophrénie reçoivent des agents antipsychotiques qui réduisent délibérément la dopamine.

Avez-vous déjà connu un taux élevé de dopamine?

Si vous avez connu un niveau élevé de dopamine, n'hésitez pas à partager votre expérience dans la section commentaires ci-dessous. Discutez des raisons pour lesquelles vous pensez que ce que vous avez vécu était le résultat direct d'un taux élevé de dopamine et non autre chose. Si vous avez utilisé un certain médicament associé à des niveaux élevés de dopamine, partagez ce que vous utilisiez. Alors qu'un niveau substantiel de dopamine peut clairement apporter des avantages en termes de motivation, de plaisir et de récompense, trop de dopamine crée des symptômes dysfonctionnels.

Articles Similaires:

J'ai naturellement des niveaux de dopamine excessivement élevés. La limite normale devrait être de 446. La mienne est de 1332. Je ne vais pas bien. Et mes éosinophiles sont aussi en excès. Je suis extrêmement suicidaire, schizophrène limite et peut-être bipolaire. Mais je fonctionne plus vite que la plupart des gens et j'apprends plus vite.

C'est une aubaine et un fléau. Elle est rare et peut provoquer des cancers des surrénales et des paragangliomes, qui se sont pour l'instant stabilisés. C'est ennuyeux qu'ils ne sachent pas comment ou pourquoi j'ai un taux de dopamine aussi élevé.

Esther, as-tu subi des tests génétiques ? Les paragangliomes et les phéochromocytomes produisent certaines substances comme la dopamine, l'épinéphrine et la noradrénaline en excès, mais ces produits chimiques ne causent pas les tumeurs. J'espère vraiment que l'une de ces tumeurs ne cause pas votre problème.

Comment testent-ils vos niveaux de dopamine ?

Il y a 15 mois, on m'a diagnostiqué la maladie de Parkinson et j'ai pris de la lévodopa. Il y a 2 mois, j'ai essayé un régime cétogène et après environ une semaine, j'ai commencé à sentir mes muscles se détendre, l'effet augmentant de semaine en semaine.

Malheureusement, j'ai également connu de profondes crises d'anxiété et des palpitations cardiaques (symptômes d'excès de dopamine) qui ont diminué lorsque j'ai coupé le régime et la lévodopa et commencé à prendre du diazépam.

Après deux semaines, mes muscles se raidissent lentement, je prévois donc de recommencer le régime mais de le prendre très lentement (et de garder la lévodopa très faible).

Mon médecin a diagnostiqué une psychose causée par une augmentation des niveaux de dopamine. Je prends des médicaments contre les symptômes depuis 2013. Il y a quelque temps, j'ai commencé mon deuxième essai pour arrêter mes médicaments. Cependant, j'ai ressenti un effet de rebond en étant submergé par ces symptômes de psychose et on m'a dit de NE PAS baisser mes médicaments pendant maintenant.

Je suis un peu déçu de réaliser que je ne pourrai probablement pas bientôt vivre sans ces médicaments. Je voulais être comme tout le monde pour me sentir bien sans que mes médicaments ne manipulent mon cerveau tout le temps. Mais il semble que lorsque vous souffrez de cette maladie, même lorsque vous arrêtez de prendre vos médicaments, cela ne signifie pas que votre niveau de dopamine redeviendra normal.

Je suis bipolaire avec une dépression majeure chronique. Après m'être bêtement auto-médiqué avec le double de ma dose habituelle de Paxil lorsque mon Lamictal et mon Risperdal se sont épuisés, mes niveaux de dopamine ont explosé, mais j'ai connu l'exact opposé d'un high. Mon cerveau s'est littéralement arrêté. Je ne pouvais pas rester éveillé plus de trois heures par jour - oui, je dormais 21 heures consécutives et je me réveillais toujours épuisé.

Je ne pouvais pas ouvrir complètement les yeux. En fait, je ne pouvais pas penser de manière cohérente, je ne pouvais penser à rien du tout. J'avais la tête complètement vide d'émotions, de pensées, de réactions - je diffamais et déformais les mots lorsque j'essayais de répondre à ma mère, qui m'a trouvé comme ça et, naturellement, complètement paniqué.

J'ai passé trois jours entiers comme ça avant qu'elle ne puisse m'obtenir un rendez-vous d'urgence avec mon médecin-chef, ma mère restant à mes côtés les trois jours entiers pour s'assurer que je ne me lève pas et ne meure pas. Le psy a déclaré que l'antidépresseur, n'ayant pas été pris avec un stabilisateur de l'humeur, a provoqué une accumulation très élevée de dopamine dans mon cerveau, et c'est ce qui a causé l'arrêt mental.

J'ai arrêté de prendre le Paxil cette nuit-là et j'ai commencé le Latuda et le Lamictal le lendemain et je me suis immédiatement senti mieux après la première dose. Mon cerveau a commencé à fonctionner un peu. Je suis toujours gravement déprimé et mon environnement et moi-même sommes un désordre dégoûtant et sale, mais au moins je peux PENSER.

Version TLDR - des niveaux élevés de dopamine dans mon système ont provoqué des symptômes qui sont à l'opposé de ceux indiqués ici, le fait que je suis bipolaire (chimie cérébrale différente) pourrait avoir quelque chose à voir avec cela.

Wow! Quand je lisais cet article, je me suis dit que c'était tout à fait moi. J'ai eu beaucoup de symptômes d'excès de dopamine. Je me suis toujours demandé pourquoi j'avais autant vomi quand j'étais plus jeune. Plus tard, quand j'ai grandi, on m'a diagnostiqué une schizophrénie.

Je pense que beaucoup de choses ont contribué à ma maladie. J'avais l'habitude de prendre beaucoup de suppléments et j'ai même pris de la L-dopa pendant un certain temps, avant d'avoir mon diagnostic. Dommage que je ne le savais pas il y a des années. J'aurais pu empêcher ma maladie.

« Certains ont émis l'hypothèse que la prise de suppléments qui augmentent la sérotonine compensera naturellement les effets d'un taux élevé de dopamine. Parce qu'une augmentation de la sérotonine réduit la dopamine de manière aiguë, mais l'augmente de manière chronique, l'augmentation de l'activité de la sérotonine désinhibe la dopamine. En outre, le millepertuis a des effets IMAO, il est donc susceptible d'augmenter également la dopamine.

J'ai le syndrome de Gilles de la Tourette et je suis sous antipsychotiques, les antipsychotiques ont rendu mes tics, mes problèmes sensoriels et mes crises de rage quasi inexistants. Comme vous l'avez dit, des niveaux élevés de dopamine peuvent provoquer des mouvements musculaires involontaires et de l'agitation, donc je pense que des niveaux élevés de dopamine peuvent être une cause de mon TS. J'ai également des antécédents de schizophrénie paranoïaque et d'anxiété dans ma famille, ce qui pourrait être une cause génétique d'un taux élevé de dopamine.

Je veux savoir si la masturbation peut provoquer des hallucinations & si oui comment cela se passe-t-il ? Et comment l'arrêter à part s'abstenir de se masturber ?

La masturbation ne provoque pas d'hallucinations, mon ami.

En fait, si vous regardez les actions d'une forte teneur en dopamine, et disons, combinez cela avec les problèmes de récepteurs de la dopamine & #8230 hmm. Si l'on devait se masturber au moins quotidiennement, la base de référence de l'AD serait déjà fixée plus haut, puis ajouterait d'autres choses qui augmenteraient l'AD à partir de l'alimentation, de l'environnement, etc.

Je pense que ce serait dans le domaine du possible. Ne connaissant pas vos habitudes, je devrais présumer qu'une expérience masturbatoire particulière donnant lieu à une hallucination aurait eu d'autres facteurs qui ont également augmenté le DA.

Malheureusement, j'ai ressenti beaucoup de ces symptômes négatifs en mangeant du chocolat. Certaines formes de chocolat sont connues pour augmenter les niveaux de dopamine, surtout lorsque vous vous en gavez. J'ai constaté que je suis particulièrement vulnérable au cacao traité avec des alcalis (vous pouvez le voir sur l'étiquette de l'emballage). Il semble intensifier ces effets. En particulier, agitation, anxiété, irritabilité et pensées suspectes.

J'ai la schizophrénie et la psychose. Je trouve cet article 100% vrai. J'ai vécu tout ce qui précède. Ma dopamine augmente et j'ai eu beaucoup de problèmes à cause des choses que j'ai faites pendant que j'avais des hallucinations. J'ai été emmené quatre fois dans un hôpital psychiatrique. Je prends Latuda à 120, mon psychiatre l'a augmenté de 80 hier parce que j'ai entendu une voix hier matin et j'ai tendu la main à ma clinique.

Je me sens vraiment bien aujourd'hui. Vous pouvez mener une vie normale et vivre avec des maladies mentales si vous prenez vos médicaments tels que prescrits. Il m'a fallu quatre hospitalisations pour apprendre cela, mais j'ai décidé de me conformer à mon médecin et de me faire soigner. J'aurais pu être l'une de ces personnes qui font un massacre de masse.

Je croyais que la plupart des gens étaient des adorateurs du diable et je croyais que mes yeux et mes mains étaient des épées, donc je coupais les gens avec mes yeux ou mes mains pendant qu'ils marchaient. Avoir un niveau élevé de dopamine peut être très dangereux. La schizophrénie est une maladie dangereuse si elle n'est pas traitée. Je choisis de traiter le mien.

Merci pour la perspicacité dans la dopamine. J'avais cherché pendant un certain temps ses effets plus importants sur le corps. Merci de partager cela. Je me demandais un peu pourquoi je ressentais autant de contractions/spasmes musculaires. Parfois, j'ai eu des crampes musculaires carrément vicieuses. Maintenant, les pires moments étaient dus à une alimentation incroyablement pauvre. Une fois que j'ai changé cela, les crampes ont cessé, mais j'ai toujours eu des spasmes.

Maintenant que j'ai commencé à me supplémenter en vitamines et que je me suis abstenu de la masturbation (parfois excessive), les choses se sont en fait beaucoup améliorées. Je suis toujours en train de réduire ma consommation d'alcool, car je sais que c'est aussi un gros problème, mais je le fais étape par étape. J'ai une forte tendance à me précipiter vers un objectif avec un abandon imprudent, et compte tenu de l'état actuel de ma santé, cela pourrait finir par être suicidaire.

Merci encore pour cet article, il m'a été très utile.

Je suis confronté à des problèmes d'hypomanie. Doc m'a dit de ne pas fumer ni boire d'alcool. Mais je n'arrive pas à me contrôler. Je fume une fois par jour et bois une fois par mois. Quelqu'un peut-il dire comment cela affecte mes niveaux accrus de dopamine?

Je pense que la prise de Wellbutrin avec Adderall a provoqué des effets indésirables de trop de dopamine en moi. Le troisième jour du début de la WB, j'avais l'impression d'avoir la grippe et tous les muscles de mon petit corps maigre étaient douloureux comme si j'avais de la fièvre. Les muscles se contractaient et avaient de minuscules spasmes partout sur mon corps. C'était effrayant et il a fallu environ 35 heures pour se calmer après l'arrêt du WB.

J'avais également pris du 5-htp, donc je craignais qu'il s'agisse de problèmes de sérotonine avant de conclure qu'il s'agissait d'un problème de dopamine. Je me rends compte qu'aucun d'entre eux ne travaille seul et que tout est interconnecté, créant toutes sortes d'interactions dans mon esprit et mon corps. Je cherche toujours un certain équilibre tout en soulageant ma dépression et mes pensées suicidaires.

On m'a récemment diagnostiqué un trouble du système immunitaire appelé POTS ou syndrome de tachycardie orthostatique posturale. Mon médecin a ordonné des tests de la fonction surrénale et mes taux de dopamine et de noradrénaline étaient tous deux très élevés. On m'a dit que c'est parce que mon état fait que le système nerveux sympathique crée le sentiment de «combat ou de fuite», mais je ne ressens aucun «high» que d'autres ont dit avoir.

Je suis à l'opposé, je me sens déprimé, sans énergie et sans motivation mais en même temps très anxieux et stressé. Quelqu'un d'autre a-t-il vécu cela ? Et si oui, que pouvez-vous faire pour que les niveaux reviennent à la normale ? Je n'arrive pas à obtenir de réponses. Il m'a fallu presque un an pour me rendre à la clinique Mayo juste pour obtenir le diagnostic POTS. J'ai perdu mon emploi en raison de cette condition médicale et je suis maintenant en invalidité de longue durée. On m'a dit de boire plus de liquides, d'augmenter ma consommation de sel et de faire de l'exercice quotidiennement pour reconditionner mon corps, mais personne n'a abordé ce problème. Toute aide serait grandement appréciée.

J'ai un ami qui a été diagnostiqué avec la même maladie il y a 6 ans. Un test de table inclinable l'a entre autres confirmé. Avez-vous un cardiologue? Sinon, procurez-vous-en un dès que possible car ils devraient pouvoir vous aider. Ils utilisent un stéroïde (pour aider à la rétention d'eau), beaucoup de liquides, beaucoup de sel dans l'alimentation et quelque chose de nouveau appelé Nuvigil. Allongez-vous à plat lorsque vous vous sentez mal, réduisez le stress dans la mesure du possible et assurez-vous également de vérifier votre taux de thyroïde. Un ISRS peut également aider. C'est un état de santé fou, mais continuez juste après votre doc pour obtenir de l'aide. Mon ami va enfin mieux. Bonne chance à vous!

La personne qui vous a diagnostiqué était-elle un médecin orthodoxe ou un médecin holistique ? Je demande parce que ce que vous décrivez ressemble plus à une pression artérielle basse (hypotension). Si vous avez cela, vous n'aurez aucune énergie, absolument aucune. Vous voudrez rester au lit et pleurer toute la journée. De plus, il semble très étrange qu'ils disent que vous avez un taux élevé de dopamine, etc.

Ce que vous décrivez ne ressemble pas à un cas de niveaux de dopamine gonflés, bien au contraire. Un niveau élevé de dopamine est le sentiment que vous ressentez lorsque vous faites du parachutisme, que vous n'avez aucune inhibition à diriger des mouvements de danse à la fête (sans alcool) ou que vous êtes excité au point d'être euphorique par quelque chose. Vérifiez les symptômes d'hypotension artérielle. Ce que tu décris peut aussi être autre chose.

Qu'en est-il de l'hypothyroïdie et des tendances hypoglycémiques? Tout cela peut vous rendre anxieux et déprimé. J'ai les trois hypos donc je sais. Peut-être que vous souhaitez également envisager un deuxième avis d'un meilleur médecin. Les médecins semblent souvent être surchargés de patients et assez désemparés de nos jours. Une pression artérielle basse et les autres "hypo" peuvent signifier des symptômes de dépression et/ou d'anxiété invalidants.

Pour augmenter la tension artérielle, bien sûr, vous devez boire beaucoup, augmenter l'apport en minéraux et faire de l'exercice pour que votre sang pompe vers votre cerveau ou bien vous fonctionnez comme un tuyau ouvert à fond mais qui ne coule qu'en cas de sécheresse. Une pression artérielle basse peut vous rendre anxieux et très très fragile parfois. Si c'est vraiment grave, cela peut vous faire vomir, avoir des migraines, avoir le mal des transports et vous pouvez même vous évanouir.

Les anesthésiques et les sédatifs peuvent provoquer une hypotension artérielle.Si vous avez été hospitalisé où vous avez dû subir une anesthésie générale et que vous avez vomi/vous êtes évanoui peu de temps après votre réveil, cela est dû à une pression artérielle basse. Cela m'est arrivé et l'infirmière m'a dit que j'avais une pression artérielle basse pendant que je vomi dans le seau. Guérir? Beaucoup de fluides.

Ils vous ont mis un goutte-à-goutte pour une pression artérielle basse à l'hôpital. À la maison, si vous souffrez d'hypotension artérielle, vous pourriez avoir envie de vous suicider parce qu'il n'y a PAS vraiment de dopamine qui jaillit dans votre cerveau pour vous motiver à vivre. S'il n'y a pas de pompage sanguin pour faire fonctionner votre cerveau, vous aurez envie de mourir et vous voudrez accélérer le processus de mort dès que possible. Votre cerveau vous dit : « tuez-vous » parce qu'au fond, vous mourez d'envie de fluides. Vous devez boire un litre de liquide si vous vous sentez comme ça et les pensées noires s'estomperont probablement rapidement s'il s'agit d'une pression artérielle basse.

Essayez-le et voyez si vous vous sentez mieux. Certaines personnes doivent prendre des médicaments pour l'hypotension artérielle si elle est très grave. En faisant cela, vous stimulez également la dopamine en action, ce qui vous fera vous sentir mieux. Vous dites qu'il y a trop de dopamine ? Je me demande s'ils ont bien posé le diagnostic ou s'ils l'ont confondu avec un autre patient ? Cela peut arriver aussi.

Si vous passez une très mauvaise période avec la dépression, la recette suivante peut fonctionner pour vous. Ce n'est pas une blague. J'ai découvert par accident à une occasion que je ne pouvais pas arrêter de pleurer de dépression. J'avais pleuré pendant deux heures et je voulais mettre fin à mes jours c'était si terrible. Il n'y avait pas non plus de déclencheur particulier à ce moment-là, sauf que j'étais au chômage et terriblement ennuyé et frustré de n'avoir rien à faire le matin pour sortir du lit.

Pour une raison quelconque, au milieu de cette dépression noire, mon cerveau criait pour quelque chose de doux alors j'ai suivi le courant. J'ai mangé des biscuits au chocolat. Pour une raison quelconque, je me souvenais aussi d'un incident au cours duquel mon père était tombé d'une falaise dans un lac lors d'une randonnée il y a trois ans à cause d'une pression artérielle basse (il a survécu). Lui et moi partageons les mêmes gènes là-bas.

Aucun de nous n'a soif comme les autres. Nous avons tous les deux une pression artérielle basse et nous n'avons pas non plus soif. Nous sommes tous les deux anxieux, avons besoin de faire des activités à indice d'octane élevé pour notre santé mentale et nous aimons tous les deux le chocolat en grande quantité dans des situations ponctuelles. Nous sommes tous les deux aussi minces que des antilopes. Nous faisons tous les deux des montagnes facilement pendant notre temps libre. Eh bien, pour une raison quelconque, cet événement à propos de mon père m'est revenu à l'esprit en mangeant du chocolat.

J'ai décidé de boire un litre de liquide en y pensant. Wow. Je ne pouvais pas croire l'effet que tout ce fluide avait. C'était un changement complet de quelque chose dans mon esprit. C'était étrange. Un instant, il y avait eu des idées suicidaires et en une demi-heure, tout avait disparu avec un litre de jus et d'eau. Je me suis souvenu aussi que le cerveau a toujours besoin d'un complexe de vitamines B, surtout parce que les femmes sont plus nécessiteuses ici.

Je n'avais pas pris de suppléments depuis un certain temps, alors j'ai pensé que je devais prendre un comprimé car la bouteille était en sommeil dans le réfrigérateur et pleine de vitamines B. Si votre médecin vous dit que vous devez boire beaucoup d'eau, augmenter votre consommation de sel et faire de l'exercice, il y a de fortes chances que vous ayez une pression artérielle basse. De plus, il est fort probable que vous soyez également sujet à l'hypoglycémie. Les choses sont liées dans la chimie du cerveau.

D'après mon expérience, manger un peu de glucides sucrés peut guérir la dépression noire en une demi-heure. J'ai aussi des symptômes dépressifs noirs juste avant mes règles. La vie n'est pas juste. Mon remède personnel est un demi-litre de jus et d'eau, un comprimé de complexe multivitaminé B à dose élevée (je parle d'environ 50 mg plus des quantités de vitamines B séparées par comprimé, 2 mg de vitamine B5 ne vous aideront pas, mais 68 mg le feront) , et deux toasts de grains entiers avec beaucoup de confiture, ou 6 biscuits au chocolat d'un coup.

Pour une raison quelconque, cette recette fonctionne en une demi-heure pour moi. Je bois ensuite un autre demi-litre de liquide lorsque les pensées dépressives commencent à s'estomper. La dépression disparaît très rapidement. Je fais ça chaque fois que je sens les humeurs noires venir. Ça marche pour moi. Je le recommande à d'autres. J'ai lu que pour stimuler l'activité de la sérotonine dans le cerveau, les glucides sont très nécessaires pour le démarrer.

Je dirais que mes niveaux de dopamine et de sérotonine ont été améliorés en mangeant ce genre de glucides à ce moment-là. Cela aurait du sens. J'espère que vous trouverez un soulagement de l'anxiété. Si vous souffrez d'hypotension artérielle, il est très courant d'être une personne nerveuse et anxieuse. Ne permettez pas non plus aux gens de vous étiqueter. Ce n'est pas comme si les gens avaient le droit de vous critiquer pour votre anxiété, cependant, essayez d'augmenter vos fluides, votre apport en vitamine B et la danse Bollywood ou tout autre exercice qui vous aide à vous sentir mieux.

Je vous recommande d'essayer cette idée et de voir si votre anxiété/dépression disparaît et, si oui, combien de temps il faut pour qu'elle s'atténue. Si vous vous soulagez en faisant cela, faites quelques exercices d'aérobie pendant 20 à 30 minutes et voyez ce qui se passe.

Oh mon Dieu! NE DONNEZ PAS DE CONSEILS MÉDICAUX À D'AUTRES SI VOUS N'ÊTES PAS UN PROFESSIONNEL DE LA MÉDECINE. C'est complètement dangereux ! Les gens peuvent avoir des problèmes cardiaques où les liquides supplémentaires peuvent être très dangereux, ou le diabète où le sucre est dangereux. Vous n'avez aucune idée des antécédents médicaux d'un autre et pouvez causer du tort à d'autres s'ils suivent vos instructions.

Croyez-moi, la Mayo Clinic sait ce qu'elle fait et est l'un des seuls centres aux États-Unis à pouvoir tester les POTS et le système nerveux autonome. Le POTS est lié à une pression artérielle basse temporaire ou prolongée, c'est pourquoi les gens souffrent de tachycardie. Lisez à ce sujet. Je sais que tu voulais bien, mais ne le fais pas

Merci beaucoup Dianthus pour votre histoire. Cela m'a aidé à faire le lien avec certains de ce dont j'ai besoin pour ma santé. Nous sommes tous ici pour essayer de nous entraider alors merci pour le temps que cela a pris pour écrire tout cela.

J'ai lu que les niveaux de dopamine sont à leur maximum avant l'orgasme. Si vous entendiez votre musique préférée au même moment, la dopamine resterait-elle au même niveau ou augmenterait-elle davantage ? De plus, la dopamine va-t-elle plus haut que ce qui peut être obtenu naturellement avec la drogue récréative MDMA ? Merci.

Ma fille avait des POTS. Un médecin de Johns Hopkins, dont le nom m'échappe, a parlé avec son médecin et lui a recommandé un régime sans gluten, sans avoine, sans maïs, sans bœuf et sans produits laitiers. Cela a aidé dans environ 12 mois et à l'année 2 & 1/2, tous ses symptômes ont été résolus. Elle est devenue audacieuse et a abandonné le régime. Elle était trop heureuse pendant quelques mois, puis les POTS sont revenus. Le régime a de nouveau fonctionné. Maintenant, ce régime est connu essentiellement sous le nom de paléo sans bœuf ni produits laitiers. Espérons que cette information aide.

Bonjour, j'ai fait beaucoup de recherches. Des niveaux élevés de dopamine et de noradrénaline peuvent être liés à des niveaux élevés de cuivre ou de plomb. Obtenez une analyse des cheveux et des tests d'urine. Certains peuvent dire qu'un mauvais foie peut provoquer des niveaux élevés de cuivre.

J'ai vécu la même chose. J'ai eu un hyper-POTS, où vous avez des catécholamines élevées et une PA qui augmente de manière incontrôlable, mais tous les autres symptômes d'hypotension. Je suis aussi allé à Mayo. Il s'avère que la meilleure chose que j'ai faite a été d'AUGMENTER ma consommation de sodium, et cela a abaissé ma tension artérielle. Le cardiologue de Mayo a déclaré qu'il n'avait jamais rien vu de tel en près de 40 ans de pratique.

En bref, l'hyper-POTS était la tentative de mon corps de maintenir l'homéostasie d'un faible volume sanguin. Je vais mieux maintenant. Aucun symptôme du tout. J'ai finalement découvert que la cause de mes symptômes était une série de mutations désagréables, notamment MTHFR C677T, PEMT et PON1. Lorsque j'ai commencé à traiter ces mutations, mes symptômes ont commencé à disparaître.

J'ai aussi une MAOA homozygote et une hétéro COMT, ainsi que plusieurs mutations qui causent une sérotonine extrêmement basse, et ma dopamine/norépi a toujours été à la hauteur. Quand j'étais très malade, les médecins pensaient que j'avais une tumeur sécrétant des catécholamines, c'est à quel point les symptômes étaient insensés. Essayer de contourner les mutations avec un régime alimentaire et des suppléments a également beaucoup aidé mes niveaux de dopamine, et j'espère qu'ils continueront de s'améliorer.

Comment avez-vous découvert que vous aviez toutes ces mutations ?

Chers amis, en outre, une cause d'élévation de la dopamine peut être une maladie du foie. Tout d'abord, il s'agit d'une maladie du métabolisme de la tyrosine. Si votre taux de dopamine est élevé, vous devrez faire un nouveau test sanguin pour la tyrosine.

Je suis allé à l'orgasme un nombre ridicule de fois l'autre jour. Après une conversation sérieuse avec quelqu'un, un petit-déjeuner et une sieste de 3 heures, j'avais besoin de conduire. J'étais debout toute la nuit, donc je n'aurais normalement pas eu l'énergie ou la concentration pour conduire sans caféine/boissons énergisantes, mais étrangement, je n'en ai pas eu. Je me sentais « high » et les orgasmes étaient la seule chose habituelle (pour moi). Je pense que principalement la dopamine a augmenté mon énergie (après la sieste), ma concentration, ma motivation et a contracté mes iris

Mon nouveau partenaire a la maladie de Parkinson. Il prend des patchs oraux et cutanés et s'injecte pour augmenter la dopamine. J'ai commencé à me sentir différent, j'ai halluciné, ma peau me démangeait et je me sentais fatigué. Je me demandais si je pouvais ramasser certains de ses agonistes (médicaments produisant de la dopamine) via la salive, les fluides corporels et même sa sueur ?

Je viens de lire cet article par google et cela m'a un peu éclairé. Je pense que j'ai beaucoup d'expérience dans le traitement des hauts et des bas de dopamine de différentes manières et j'aimerais en partager un peu avec vous. Tout d'abord, j'ai beaucoup de symptômes de bipolarité, et je suis dans une phase de rapprochement progressif du centre de ma maladie, un processus qui dure depuis des années.

Deuxièmement, je m'explore beaucoup et j'aime croire que j'ai le contrôle sur l'état de mon esprit et aussi sur ma neurochimie dans une certaine mesure. Tout le monde peut contrôler ses niveaux de dopamine en se récompensant mentalement, ce n'est qu'une question de pratique et peut devenir l'outil le plus efficace, bien plus qu'un régime ou des suppléments, pour avoir des effets directs sur votre état d'esprit.

Résumer en détail tous mes moments d'élévation de la dopamine doublerait de loin la longueur de mon commentaire maintenant, alors je vais simplement les sortir par catégories :

1) Tomber amoureux – Tout le monde le sait. J'ai toujours eu le cœur brisé quand je suis tombé amoureux, surtout en quelques jours ou semaines. Avec le recul, j'étais très à la recherche de dopamine et j'avais aussi des niveaux beaucoup trop élevés, j'étais assez anxieux pour trembler et j'avais l'impression que mon estomac se dissolvait de la production trop acide. J'ai tiré beaucoup trop de mon propre modus operandi pour être amusant de toute façon.

2) Vous stresser extrêmement pour quelque chose – J'étais une personne très nerveuse et en cela j'avais la capacité de me stresser pour une raison quelconque. Je l'ai entraîné assis dans le bus quand j'étais en retard et je me demandais si je devais me stresser ou me dire que je ne pouvais rien faire de toute façon, assis là. Mettre cela en pratique m'a donné une bonne énergie pour courir derrière ce métro.

3) Drogues – si vous savez que l'effet que “la première fois avec de l'alcool” ou de la marijuana, ou toute autre drogue, d'ailleurs, était le meilleur, je peux vous le dire, il y a beaucoup de dopamine qui joue là-dedans. La seule expérience d'un médicament complètement nouveau vous donnera un effet dopaminergique, ce qui rendra inévitablement difficile d'avoir un regard vraiment objectif sur un médicament dès la première utilisation. De plus, selon le réglage, cet effet de dopamine est ce qui vous rend soit hédoniste et incroyablement heureux, soit anxieux et paranoïaque.

Dans l'ensemble, je trouve que la dopamine est un outil formidable, mais pas inoffensif, et durement négligé dans la vie. Comme le feu. Feu psychique. Merci d'avoir fait ce super article ! Amusez-vous bien. -Hakrux

Ce site utilise Akismet pour réduire le spam. Découvrez comment les données de vos commentaires sont traitées.


Conditions associées

Au début de l'article, nous avons mentionné comment la dopamine est étroitement liée à l'apparition et au développement de diverses affections neurologiques telles que la maladie de Parkinson, le TDAH, la schizophrénie, le trouble bipolaire et les dépendances.

De manière générale, les troubles associés à des niveaux altérés de dopamine ou à leur fonction sont :

Vieillissement du cerveau

la maladie de Parkinson

Troubles de la toxicomanie


Les leviers dans nos cerveaux – Dopamine et récompense sociale

La dopamine est une substance chimique produite par notre cerveau qui joue un rôle de premier plan dans la motivation du comportement. Il est libéré lorsque nous prenons une bouchée de nourriture délicieuse, lorsque nous avons des relations sexuelles, après avoir fait de l'exercice et, surtout, lorsque nous avons des interactions sociales réussies. Dans un contexte évolutif, il nous récompense des comportements bénéfiques et nous motive à les répéter.

Le cerveau humain contient quatre « voies » principales de la dopamine, ou connexions entre différentes parties du cerveau qui agissent comme des autoroutes pour les messages chimiques appelés neurotransmetteurs. Chaque voie a ses propres processus cognitifs et moteurs (mouvements) associés. Trois de ces voies – les voies mésocorticale, mésolimbique et nigrostriée – sont considérées comme nos « voies de récompense » et se sont avérées dysfonctionnelles dans la plupart des cas de dépendance. Ils sont responsables de la libération de dopamine dans diverses parties du cerveau, ce qui façonne l'activité de ces zones. La quatrième, la voie tubéro-infundibulaire, régule la libération d'une hormone appelée prolactine qui est nécessaire à la production de lait.

Figure 1: Trois voies de la dopamine et leurs processus cognitifs associés. La majeure partie de votre dopamine est générée profondément dans le mésencéphale et est libérée dans de nombreuses zones différentes du cerveau. Ces domaines sont en grande partie responsables des comportements associés à l'apprentissage, à la formation d'habitudes et à la dépendance.

Alors que les voies de récompense (Figure 1) sont distincts dans leur organisation anatomique, tous trois deviennent actifs lorsqu'ils anticipent ou vivent des événements enrichissants. En particulier, ils renforcent l'association entre un stimulus particulier ou une séquence de comportements et la récompense de bien-être qui s'ensuit. Chaque fois qu'une réponse à un stimulus se traduit par une récompense, ces associations deviennent plus fortes grâce à un processus appelé potentialisation à long terme. Ce processus renforce les connexions fréquemment utilisées entre les cellules cérébrales appelées neurones en augmentant l'intensité à laquelle elles répondent à des stimuli particuliers.

Bien qu'ils ne soient pas aussi intenses que les coups de cocaïne, les stimuli sociaux positifs entraîneront également une libération de dopamine, renforçant tout comportement qui l'a précédé. Les neuroscientifiques cognitifs ont montré que des stimuli sociaux gratifiants – des visages rieurs, une reconnaissance positive par nos pairs, des messages de nos proches – activent les mêmes voies de récompense dopaminergiques. Les smartphones nous ont fourni une offre pratiquement illimitée de stimuli sociaux, à la fois positifs et négatifs. Chaque notification, qu'il s'agisse d'un SMS, d'un « j'aime » sur Instagram ou d'une notification Facebook, a le potentiel d'être un stimulus social positif et un afflux de dopamine.


Comment augmenter les niveaux de dopamine naturellement

Heureusement, il existe de nombreuses façons d'augmenter naturellement les niveaux de dopamine, et la plupart d'entre elles sont liées à des changements positifs de mode de vie et de régime alimentaire.

Aliments qui contiennent les acides aminés tyrosine et phénylalanine stimuler la production de dopamine dans le corps. On les trouve dans la plupart des produits d'origine animale.

Cependant, vous pouvez aussi manger des bananes, pommes, légumes à feuilles vertes, betteraves, noix et légumineuses, curcuma et chocolat noir pour augmenter naturellement la dopamine.

Quelques suppléments contenant des extraits naturels augmentent également la dopamine. Ce sont la curcumine, le thé vert, la myrtille et le Ginkgo biloba. Pour plus d'informations, lisez mon article sur le meilleurs suppléments pour augmenter les niveaux de dopamine.

L'exercice physique est également un excellent moyen sain d'augmenter la dopamine dans le corps. Il peut également vous aider à perdre du poids, à améliorer votre système cardiovasculaire et à améliorer votre santé générale. J'ai sur mon site Web de nombreux exercices pour le travail corporel global, y compris des illustrations, tels que des exercices pour les jambes et les fesses, le ventre, le dos, la poitrine et les bras.

Pour plus d'informations, lisez mon article sur le meilleurs moyens naturels pour augmenter la dopamine.


La psychologie de l'ennui - Pourquoi votre cerveau vous punit d'être à l'aise et en sécurité

Si vous souscrivez aux théories évolutionnistes de la psychologie, vous saurez que tout ce qui se passe dans notre cerveau devrait arriver pour une raison. Même si cela semble agaçant maintenant, il fut un temps où cette frustration, cette procrastination et ce stress vous auraient aidé à survivre.

Mais qu'en est-il de l'ennui ? L'ennui est un phénomène gênant qui s'installe au moment où l'on s'installe pour se détendre. Cela se produit quand tout va bien, quand il n'y a rien d'urgent à faire (ou quelque chose de très simple à faire), et quand en théorie nous devrions pouvoir simplement nous éteindre et nous détendre…

Alors, quel but possible l'ennui pourrait-il avoir ? Pourquoi serions-nous obligés de rechercher plus de défis et d'adversités alors que nous serions plus sûrs de simplement profiter de « l'être » ? Jetons un coup d'œil à ce qui se passe dans votre cerveau. Je vais essayer de ne pas le rendre trop ennuyeux…


Chasser la dopamine

Les neurochimiques contrôlent notre existence et nos désirs, et selon leurs niveaux, nos attentes et nos expériences personnelles peuvent être très relatif. Lorsque nous achetons quelque chose de nouveau, l'excitation ne dure pas éternellement, car le niveau de dopamine qui est libéré commence à diminuer. Ce phénomène, appelé en psychologie accoutumance, apparaît lorsque notre cerveau s'habitue au stimulus et commence à libérer de moins en moins de dopamine. Par exemple, gastronomie les restaurants appliquent ce principe en servant très petit portions, car le plaisir n'est ressenti très intensément que pour les 5 à 10 premières bouchées, puis nous commençons à nous habituer à ce goût spécifique.

Il y a toujours le danger de ciselure de plus en plus dopamine. Afin d'éviter cela, nous pourrions inhiber nos besoins constants d'induire du plaisir en appuyant de temps en temps sur pause, afin que nous puissions ressentir beaucoup plus la prochaine exposition au stimulus. intensément, avec beaucoup de dopamine. Notre cerveau en a besoin contrastes dans la vie afin d'apprécier les petites choses, et au lieu d'attendre que ces situations se produisent, nous pouvons consciemment créer eux.


Promesse probiotique

Alors que les bactéries nocives peuvent augmenter l'anxiété, plusieurs études ont montré que les bactéries bénéfiques peuvent calmer les souris sujettes à l'anxiété. Dans une étude de 2011 publiée dans le Actes de l'Académie nationale des sciences, par exemple, Bienenstock et ses collègues ont nourri un groupe de bouillon de souris BALB/c mélangé avec Lactobacillus rhamnosus, un microbe fréquemment vanté pour ses qualités probiotiques. Les souris d'un groupe témoin n'ont reçu que du bouillon, sans bonus microbien. Après 28 jours, les chercheurs ont soumis les souris à une batterie de tests pour détecter des signes d'anxiété ou de dépression.

Par rapport aux souris du groupe témoin, celles nourries avec Lactobacillus étaient plus disposées à pénétrer dans les zones exposées d'un labyrinthe, et également moins susceptibles d'abandonner et de commencer à flotter lorsqu'elles étaient soumises à un test de « nage forcée », un test qui sert de analogue de souris de certains aspects de la dépression humaine.Le régime probiotique a également émoussé les réponses physiologiques des animaux au stress du test de nage forcée, les obligeant à produire des niveaux plus faibles de corticostérone, l'hormone du stress. Et chez les souris nourries Lactobacilles, certaines régions du cerveau ont montré une augmentation du nombre de récepteurs de l'acide gamma-aminobutyrique, ou GABA, un neurotransmetteur qui coupe l'activité neuronale, gardant l'anxiété sous contrôle.

De nombreux chercheurs se sont demandé si des bactéries intestinales bénéfiques pouvaient atténuer l'anxiété et la dépression qui accompagnent souvent les troubles gastro-intestinaux tels que la maladie de Crohn, la colite ulcéreuse et le syndrome du côlon irritable (SCI). Bercik et ses collègues ont étudié cette question dans une étude de 2010 publiée dans Gastroenterology. Ils ont d'abord infecté des souris avec un parasite pour induire une inflammation intestinale chronique de bas grade. En plus de provoquer une inflammation intestinale, ce traitement a supprimé les niveaux de BDNF dans l'hippocampe et a provoqué un comportement plus anxieux des souris. Lorsque les souris ont ensuite été traitées pendant 10 jours avec le microbe bénéfique Bifidobacterium longum, leur comportement s'est normalisé, tout comme leurs niveaux de BDNF.

Comment les bactéries intestinales pourraient-elles influencer si profondément le cerveau et le comportement ? Une façon, selon certaines études, consiste à coopter le système immunitaire lui-même, en utilisant les cellules immunitaires et les produits chimiques qu'elles synthétisent pour envoyer des messages au cerveau. Mais comme l'a montré l'étude de Lyte en 1998, certaines bactéries peuvent induire des changements de comportement même sans déclencher de réponse immunitaire, ce qui suggère que d'autres canaux de communication intestin-cerveau doivent être à l'œuvre. Dans d'autres études, Bienenstock et d'autres ont découvert qu'au moins dans certains cas, les bactéries communiquent avec le cerveau via le nerf vague : lorsque le nerf vague est sectionné, les effets des bactéries intestinales sur la biochimie du cerveau, la réponse au stress et le comportement s'évaporent. Ces découvertes mettent non seulement en lumière la façon dont les bactéries peuvent influencer le cerveau, mais correspondent également à d'autres travaux chez l'homme qui suggèrent que la stimulation vagale peut être utilisée en dernier recours pour traiter la dépression. "Cela ouvre l'idée qu'une fois que nous aurons appris comment les bactéries communiquent avec le nerf vague, nous pourrons peut-être simuler cela avec de nouvelles molécules - des médicaments sans les bactéries", explique Bienenstock.

Lyte, dans un 2011 BioEssais article, a proposé un "système de livraison" neurochimique par lequel les bactéries intestinales, telles que les probiotiques, peuvent envoyer des messages au cerveau. Les bactéries intestinales produisent et répondent aux mêmes substances neurochimiques, telles que le GABA, la sérotonine, la noradrénaline, la dopamine, l'acétylcholine et la mélatonine, que le cerveau utilise pour réguler l'humeur et la cognition. De tels produits neurochimiques permettent probablement au cerveau d'adapter son comportement aux commentaires qu'il reçoit de l'armée de bactéries dans l'intestin. "Et pourquoi pas?" demande Lyte. Après tout, dit-il, compte tenu de l'abondance de bactéries inondées dans l'intestin humain, "ne serait-il pas logique que votre cerveau veuille garder un œil dessus ?" Cependant, la manière dont cette communication se déroule est une question ouverte. "Nous sommes vraiment au début d'essayer de comprendre comment tout est lié", dit Lyte. Ce qui est déjà clair, dit-il, c'est que "c'est un environnement très interactif, bien plus que ce à quoi nous nous attendions lorsque nous essayions de comprendre ces choses comme des systèmes autonomes".


La psychologie de la déception


Partagez cette infographie sur votre site !


L'étude de la déception n'en est qu'à ses balbutiements, mais il y a un aspect physiologique certain à ce qui se passe dans le cerveau, lorsque les gens ressentent l'émotion que nous appelons « déception ».

Pour le profane, il semble si évident que…
Quand quelqu'un considère une action risquée, il ou elle formera une attente préalable du gain, et si le résultat est pire que prévu, cette personne ressentira une émotion appelée déception. Si le résultat dépasse les attentes, l'émotion est appelée exaltation
En d'autres termes, quand les choses vont bien : vous vous sentez heureux. Mais quand les choses tournent mal : vous ressentez de la frustration, des regrets et oui… souvent de la déception.
http://arno.uvt.nl/show.cgi?fid=13497

Émotions les plus couramment vécues :
1. Amour
2. Regretter
3. Déception
http://www.psychologytoday.com/blog/fulfillment-any-age/201204/disappointed-six-ways-recover-emotional-setbacks

Les coups de déception écrasants et émotionnels : sont exacerbés lorsque vous êtes déçu par quelqu'un en qui vous avez confiance et qui s'attend à vous donner ce que vous voulez. Une déception constante avec un être cher peut conduire au blâme, au ressentiment et même à la rage.
http://www.yourselfinbalance.com/disappointment.html

Alors… quelle est cette émotion que nous appelons « déception » ?
Théories cliniques
La déception est :
1. … la réaction psychologique à un résultat qui ne correspond pas aux attentes. Plus la disparité est grande, plus la déception est grande.
2. … une manière dont la tristesse est vécue.
3. … l'expérience que vous ressentez lorsque vous considérez ce qui aurait pu être, par opposition à ce qui existe dans le présent.
4. … ce qui vient avec la finalité – la reconnaissance que vous n'avez pas, que vous n'avez pas obtenue ou que vous n'obtiendrez jamais ce que vous vouliez.
5. … l'acceptation de la réalité. Cela vous oblige à admettre que vous n'avez pas obtenu ce que vous vouliez avoir, et il vous est en fait plus facile de protester avec colère que de rencontrer votre tristesse face au cours des événements. La colère vous permet de continuer à idéaliser ce qui aurait pu être tout en le dénigrant consciemment, et les gens ne s'y accrocheront que parce que c'est ce dont ils avaient besoin à l'époque.
http://www.psychologytoday.com/blog/intense-emotions-and-strong-feelings/201111/expectation-sadness-and-disappointment

La configuration psychologique de la déception :
1. Vous êtes dans une situation dont l'issue est incertaine
2. Vous espérez une issue positive
3. Vous sentez que vous méritez le résultat positif
4. Vous êtes surpris de ne pas avoir atteint le résultat
5. Vous ne pouviez pas contrôler le résultat par des actions personnelles

Une analogie sportive empirique : Dans une étude sur les fans de baseball qui souffrent depuis longtemps, les fans plus âgés étaient moins sujets à l'effet de déception. En d'autres termes, plus vous avez connu une sécheresse gagnante depuis longtemps, mieux vous êtes en mesure de gérer vos attentes et d'encaisser les pertes de votre équipe dans la foulée.
Source : Rainey, D. W., Larsen, J., & Yost, J. H. (2009). Théorie de la déception et déception chez les fans de baseball. Journal of Sport Behaviour, 32 (3), 339-356. Rainey, D. W., Yost, J. H., & Larsen, J. (2011). Théorie de la déception et de la déception chez les fans de football. Journal du comportement sportif, 34(2), 175-187.
Effets psychologiques : Déception, vs. stress, excitation :
Des émotions parfois liées à la déception :
Tristesse
Colère : il est beaucoup plus facile de transférer cette émotion plutôt que d'affronter la déception
http://www.psychologytoday.com/blog/intense-emotions-and-strong-feelings/201111/expectation-sadness-and-disappointment
Apathie

Symptômes physiologiques parfois liés à la Déception

Émotions parfois liées à l'excitation :

Enthousiasme
Zèle
Euphorie
Joie
Joie

Émotions parfois liées au Stress :

Agression
Un état émotionnel de colère envers vous, une autre personne ou parfois envers le monde entier.
Apathie
Vous ne vous souciez de rien et vous ne voulez rien faire.
La culpabilité
Un sentiment qui survient lorsque vous avez déjà fait ou que vous voulez faire quelque chose qui est classé comme mauvais.
Dépression
Un état dans lequel vous êtes triste et sentez que vous ne pouvez profiter de rien parce que votre situation est si difficile et désagréable. Le présent et le futur semblent si sombres et obscurs, ce qui entraîne des soupçons et des peurs supprimant le plaisir des choses simples habituelles.
mauvaise humeur
La mauvaise humeur et le manque d'humeur du tout sont les formes les plus légères de l'apathie et de la dépression.
Tension
Un sentiment que vous voulez faire quelque chose même si ce n'est pas si clair exactement
Incapacité à se concentrer
Vous savez que quelque chose vient de traverser votre esprit mais vous ne pouvez pas vous en souvenir.
Faible estime de soi
Sentir que vous n'êtes bon à rien et que vous ne pouvez rien faire de vraie valeur.
Irritabilité
Vous êtes facilement agacé et irrité par tout et par tout le monde.
Déception
C'est l'état de se sentir plutôt triste parce que quelque chose ne s'est pas produit ou que quelque chose n'est pas aussi bon que vous l'espériez.
Solitude
C'est le malheur parce que vous n'avez pas d'amis ou n'avez personne à qui parler. .
Être inquiet
Vous continuez à penser à vos problèmes ou à des problèmes qui pourraient survenir, vous avez peur sans menace spécifique ou directe.
Réactions physiologiques parfois liées à l'excitation
Engourdissement
Parfois, à cause du stress, vous ne pouvez rien ressentir dans une partie particulière de votre corps, jambes, bras
Maux de tête
Les maux de tête peuvent être causés par différentes raisons, l'une d'entre elles étant le surmenage chronique et le stress
Vagues chaudes et froides
Sensation de chaleur ou de froid, quelle que soit la température de l'air.
La diarrhée
L'état des tripes est douloureux et provoque souvent des diarrhées suite au stress.
Transpiration
Transpiration sans raison apparente même s'il fait froid. Il commence à partir des paumes et des aisselles et peut apparaître sur le visage et l'ensemble du corps.
Picotement
Une légère sensation de picotement dans les bras, les doigts, les jambes ou les orteils. Parfois, on a l'impression d'avoir des milliers d'aiguilles coincées dans les jambes
Une sensation de vomissement
Vous avez constamment envie de vomir et souvent vous ne voulez pas manger.
Rythme cardiaque accéléré
Vous sentez que votre cœur va se briser. Sans aucune raison, ton cœur bat si vite et si fort que tu sens que quelque chose va lui arriver
Cauchemars
Les mauvais rêves que vous faites souvent, parfois récurrents
Fatigue
La fatigue est une conséquence naturelle des longues heures de travail ou des conflits et est l'un des effets physiques les plus courants du stress.
www.stress-management-for-health.com/physical-effects-of-stress.html

Comparaison des réactions physiologiques et chimiques au stress, à l'excitation :
1. Lorsque nous sommes excités par nos attentes, notre cerveau libère une substance chimique appelée sérotonine, qui est un neurotransmetteur de « bien-être ». Il interagit avec l'adrénaline (l'hormone libérée par la médullosurrénale) et le système nerveux sympathique, ce qui fait battre le cœur, accélérer le pouls et faire briller les yeux. La dopamine, la noradrénaline et la sérotonine se combinent pour produire des sensations d'excitation.
2. Lorsque nous sommes extrêmement stressés, craintifs ou en colère, le système nerveux sympathique est également déclenché et cela, bien sûr, a les effets physiques similaires du rythme cardiaque et de l'accélération du pouls, mais cet effet est communément connu sous le nom de "combat-ou- syndrome de fuite ».
3. La déception est une émotion qui stimule le système nerveux parasympathique. Une réponse chimique est déclenchée qui se traduit par de la mélancolie, de l'inertie et un sentiment de désespoir. S'il y a des « montagnes russes » prolongées d'émotions excitation/stress, suivies de mélancolie/inertie, une maladie grave induite par le stress peut survenir. Ceux-ci peuvent inclure des maladies cardiaques, des troubles digestifs et un système immunitaire déprimé.
http://www.selfgrowth.com/articles/Disappointment.html
4. Dans le système limbique du cerveau, lorsque le transmetteur neuronal dopamine, un produit chimique, atteint le cortex frontal, nous éprouvons du plaisir. La force de la sécrétion de dopamine augmente en prévision d'une récompense MAIS retiens la récompense (après l'anticipation) et la force de la sécrétion diminue. C'est peut-être la physiologie derrière l'émotion que nous appelons déception.
Source : Référence : Fiorillo, Christopher D., Philippe N. Tobler et Wolfram Schultz (2003) Discrete Coding of Reward Probability and Uncertainty by Dopamine Neurons. Science, 21 mars 299, 1898-1902. www.businesspsych.org
http://www.businesspsych.org/articles/256.html

Autres constatations :
1. Les enregistrements EEG de participants sujets à la déception suggèrent que les gens diffèrent dans leurs réponses neuronales lorsque les choses ne vont pas dans leur sens. L'effet dopamine ?
2. Psychologiquement, la déception engendre plus de pessimisme chez les personnes déjà peu tolérantes à la déception. Plus quelqu'un se sent déçu, plus on s'attend à ce que l'avenir produise plus de déceptions. Après un revers décevant, les décisions sont prises de manière plus impulsive.
Source : Tzieropoulos, H., de Peralta, R., Bossaerts, P., & Gonzalez Andino, S. L. (2011). L'impact de la déception dans la prise de décision : Iter les différences individuelles et la neuroimagerie électrique. Frontières en neurosciences humaines,4doi:10.3389/fnhum.2010.00235

Jeux de mots psychologiques

associé à la déception
1.
échec

associé à la déception
1.
triste

6 stratégies psychologiques pour lutter contre la déception :
Atteindre vos objectifs est le meilleur moyen d'éviter les déceptions. Mais, lorsque ces objectifs sont hors de portée, les psychologues disent que ces six étapes aideront à gérer efficacement les sentiments.

1. Révisez les attentes : essayez un peu de « pessimisme rétroactif ». Les psychologues sociaux ont identifié ce qu'ils appellent un « biais rétrospectif » dans lequel vous pouvez limiter leur déception en révisant les attentes élevées que vous aviez autrefois pour gagner. Dites-vous que vous ne vous attendiez pas vraiment à gagner et qu'avec le temps, le nouveau souvenir remplacera le douloureux souvenir d'origine.
2. Augmentez votre tolérance à la déception. Il n'y a aucune raison pour que les personnes peu tolérantes à la déception restent ainsi pour toujours. Ne laissez pas la déception engendrer le pessimisme, car si vous le faites, vous risquez de vous préparer à encore plus de déception à l'avenir.
3. Ne laissez pas la déception fausser les décisions économiques. Lorsqu'elle se sent déçue, une personne est plus susceptible de vendre à perte. Si votre équipe sportive préférée a perdu le championnat, ne vous précipitez pas pour jeter votre coffre au trésor plein de souvenirs sur eBay.
4. Évaluez le rôle d'une personne dans les déceptions personnelles. Les gens peuvent contrôler de nombreux résultats dans leur vie personnelle. Si les attentes de quelqu'un en matière d'amour et de travail ne se matérialisent pas de façon chronique, faites une évaluation honnête de ce qui doit être changé.
5. Contrôler l'identification avec une cause perdante. Les amateurs de sport qui se sentent le plus déçus sont ceux qui s'identifient le plus fortement à leurs équipes. Il n'y a rien de mal à être loyal, mais si cela nuit au bonheur quotidien d'une personne, elle doit trouver d'autres moyens de remonter le moral.
6. Utilisez l'humour pour augmenter l'émotion de déception. Les fans de sport fidèles qui conservent leur loyauté malgré des années de résultats décevants semblent presque apprécier leur identification avec l'outsider. Peut-être qu'en rejoignant les rangs des autres malades, une personne peut trouver du réconfort dans l'humour autodérision. Le rire est vraiment l'une des meilleures stratégies d'adaptation pour faire face aux déceptions et compense les conséquences de décisions erronées fondées sur le pessimisme.
http://www.psychologytoday.com/blog/fulfillment-any-age/201204/disappointed-six-ways-recover-emotional-setbacks

Attends, tout n'est pas si mal. Déception…
1. Fournit des informations sur la façon dont nous nous voyons nous-mêmes, le monde et les autres.
2. Vous aide à mieux comprendre ce qui est important pour vous, si vous examinez la cause de la déception.

Henry David Thoreau : « Si nous sommes assez calmes et prêts, nous trouverons une compensation à chaque déception. »

En d'autres termes, nous pouvons découvrir la perspicacité et la sagesse de nos rencontres avec la déception lorsque nous regardons sous la surface.


Comment augmenter les niveaux de dopamine naturellement

Heureusement, il existe de nombreuses façons d'augmenter naturellement les niveaux de dopamine, et la plupart d'entre elles sont liées à des changements positifs de mode de vie et de régime alimentaire.

Aliments qui contiennent les acides aminés tyrosine et phénylalanine stimuler la production de dopamine dans le corps. On les trouve dans la plupart des produits d'origine animale.

Cependant, vous pouvez aussi manger des bananes, pommes, légumes à feuilles vertes, betteraves, noix et légumineuses, curcuma et chocolat noir pour augmenter naturellement la dopamine.

Quelques suppléments contenant des extraits naturels augmentent également la dopamine. Ce sont la curcumine, le thé vert, la myrtille et le Ginkgo biloba. Pour plus d'informations, lisez mon article sur le meilleurs suppléments pour augmenter les niveaux de dopamine.

L'exercice physique est également un excellent moyen sain d'augmenter la dopamine dans le corps. Il peut également vous aider à perdre du poids, à améliorer votre système cardiovasculaire et à améliorer votre santé générale. J'ai sur mon site Web de nombreux exercices pour le travail corporel global, y compris des illustrations, tels que des exercices pour les jambes et les fesses, le ventre, le dos, la poitrine et les bras.

Pour plus d'informations, lisez mon article sur le meilleurs moyens naturels pour augmenter la dopamine.


Que sont les neurotransmetteurs ?

La dopamine est un neurotransmetteur qui envoie des messages au cerveau.

Les neurotransmetteurs sont définis comme un groupe d'agents chimiques libérés par les neurones. Ces messagers chimiques relient le cerveau et la moelle épinière aux muscles, aux organes et aux glandes en envoyant des « signaux » pour exécuter certaines fonctions dans le corps. Ils interagissent également avec des sites spécifiques appelés récepteurs situés dans tout le cerveau pour réguler les émotions, la mémoire, la fonction cognitive, la durée d'attention, l'énergie, l'appétit, les fringales, la sensibilité à la douleur et les habitudes de sommeil.

Les déséquilibres de ces produits chimiques ont un impact sur notre comportement et notre qualité de vie et peuvent créer une grande quantité de problèmes de santé, tels que :

  • Anxiété
  • Dépendance
  • Troubles du comportement
  • Troubles cognitifs
  • Maladies (telles que la maladie de Parkinson)
  • Fatigue
  • Déséquilibres hormonaux
  • Troubles de l'humeur
  • Obésité
  • La douleur

Les leviers dans nos cerveaux – Dopamine et récompense sociale

La dopamine est une substance chimique produite par notre cerveau qui joue un rôle de premier plan dans la motivation du comportement. Il est libéré lorsque nous prenons une bouchée de nourriture délicieuse, lorsque nous avons des relations sexuelles, après avoir fait de l'exercice et, surtout, lorsque nous avons des interactions sociales réussies. Dans un contexte évolutif, il nous récompense des comportements bénéfiques et nous motive à les répéter.

Le cerveau humain contient quatre « voies » principales de la dopamine, ou connexions entre différentes parties du cerveau qui agissent comme des autoroutes pour les messages chimiques appelés neurotransmetteurs. Chaque voie a ses propres processus cognitifs et moteurs (mouvements) associés. Trois de ces voies – les voies mésocorticale, mésolimbique et nigrostriée – sont considérées comme nos « voies de récompense » et se sont avérées dysfonctionnelles dans la plupart des cas de dépendance. Ils sont responsables de la libération de dopamine dans diverses parties du cerveau, ce qui façonne l'activité de ces zones. La quatrième, la voie tubéro-infundibulaire, régule la libération d'une hormone appelée prolactine qui est nécessaire à la production de lait.

Figure 1: Trois voies de la dopamine et leurs processus cognitifs associés. La majeure partie de votre dopamine est générée profondément dans le mésencéphale et est libérée dans de nombreuses zones différentes du cerveau. Ces domaines sont en grande partie responsables des comportements associés à l'apprentissage, à la formation d'habitudes et à la dépendance.

Alors que les voies de récompense (Figure 1) sont distincts dans leur organisation anatomique, tous trois deviennent actifs lorsqu'ils anticipent ou vivent des événements enrichissants. En particulier, ils renforcent l'association entre un stimulus particulier ou une séquence de comportements et la récompense de bien-être qui s'ensuit.Chaque fois qu'une réponse à un stimulus se traduit par une récompense, ces associations deviennent plus fortes grâce à un processus appelé potentialisation à long terme. Ce processus renforce les connexions fréquemment utilisées entre les cellules cérébrales appelées neurones en augmentant l'intensité à laquelle elles répondent à des stimuli particuliers.

Bien qu'ils ne soient pas aussi intenses que les coups de cocaïne, les stimuli sociaux positifs entraîneront également une libération de dopamine, renforçant tout comportement qui l'a précédé. Les neuroscientifiques cognitifs ont montré que des stimuli sociaux gratifiants – des visages rieurs, une reconnaissance positive par nos pairs, des messages de nos proches – activent les mêmes voies de récompense dopaminergiques. Les smartphones nous ont fourni une offre pratiquement illimitée de stimuli sociaux, à la fois positifs et négatifs. Chaque notification, qu'il s'agisse d'un SMS, d'un « j'aime » sur Instagram ou d'une notification Facebook, a le potentiel d'être un stimulus social positif et un afflux de dopamine.


La psychologie de l'ennui - Pourquoi votre cerveau vous punit d'être à l'aise et en sécurité

Si vous souscrivez aux théories évolutionnistes de la psychologie, vous saurez que tout ce qui se passe dans notre cerveau devrait arriver pour une raison. Même si cela semble agaçant maintenant, il fut un temps où cette frustration, cette procrastination et ce stress vous auraient aidé à survivre.

Mais qu'en est-il de l'ennui ? L'ennui est un phénomène gênant qui s'installe au moment où l'on s'installe pour se détendre. Cela se produit quand tout va bien, quand il n'y a rien d'urgent à faire (ou quelque chose de très simple à faire), et quand en théorie nous devrions pouvoir simplement nous éteindre et nous détendre…

Alors, quel but possible l'ennui pourrait-il avoir ? Pourquoi serions-nous obligés de rechercher plus de défis et d'adversités alors que nous serions plus sûrs de simplement profiter de « l'être » ? Jetons un coup d'œil à ce qui se passe dans votre cerveau. Je vais essayer de ne pas le rendre trop ennuyeux…


Conditions associées à un taux élevé de dopamine

Il existe plusieurs conditions associées à des niveaux anormalement élevés de dopamine. Gardez à l'esprit que certaines conditions peuvent fluctuer entre une dopamine élevée et faible (par exemple, trouble bipolaire, schizophrénie, etc.).

  • Trouble bipolaire: On pense que les récepteurs hyperactifs de la dopamine peuvent déclencher une transition de la phase dépressive du trouble bipolaire à une phase maniaque (ou hypomaniaque). On pense que l'activité dopaminergique augmente pendant un état de manie. C'est pourquoi de nombreuses personnes atteintes de trouble bipolaire trouvent souvent que les médicaments antipsychotiques (qui abaissent la dopamine) sont utiles pour contrôler les phases maniaques.
  • Drogue “élevé”: Alors qu'une personne est « élevée » sur des drogues comme la cocaïne, les psychostimulants et d'autres drogues, les niveaux de dopamine sont élevés. Bien que les niveaux de dopamine deviennent élevés pendant que la personne est élevée, ils peuvent diminuer à un niveau inférieur à la ligne de base, comme avec les amphétamines. Cela conduit une personne à développer une tolérance au médicament et au fil du temps, ses niveaux de dopamine s'épuisent. Il faut une période de temps considérable à la personne pour rester sans drogue pour que les niveaux de dopamine remontent à la ligne de base.
  • Psychose: De nombreuses personnes souffrent de psychose à la suite d'une maladie mentale ou de la toxicomanie. Elle se caractérise par une perte de contact avec la réalité. Certains symptômes de la psychose sont probablement accentués par des niveaux anormalement élevés de dopamine et de fonction dopaminergique. Comme la schizophrénie, les personnes atteintes de psychose sont généralement traitées avec des antipsychotiques (qui abaissent la dopamine).
  • Schizophrénie: Certains sous-types de schizophrénie sont fortement influencés par la surproduction de dopamine. Lorsqu'une personne éprouve les symptômes positifs de la schizophrénie tels que des hallucinations et des délires, il y a généralement un excès de dopamine et un dysfonctionnement des mécanismes par lesquels elle est traitée. C'est pourquoi les personnes atteintes de schizophrénie reçoivent des agents antipsychotiques qui réduisent délibérément la dopamine.

Avez-vous déjà connu un taux élevé de dopamine?

Si vous avez connu un niveau élevé de dopamine, n'hésitez pas à partager votre expérience dans la section commentaires ci-dessous. Discutez des raisons pour lesquelles vous pensez que ce que vous avez vécu était le résultat direct d'un taux élevé de dopamine et non autre chose. Si vous avez utilisé un certain médicament associé à des niveaux élevés de dopamine, partagez ce que vous utilisiez. Alors qu'un niveau substantiel de dopamine peut clairement apporter des avantages en termes de motivation, de plaisir et de récompense, trop de dopamine crée des symptômes dysfonctionnels.

Articles Similaires:

J'ai naturellement des niveaux de dopamine excessivement élevés. La limite normale devrait être de 446. La mienne est de 1332. Je ne vais pas bien. Et mes éosinophiles sont aussi en excès. Je suis extrêmement suicidaire, schizophrène limite et peut-être bipolaire. Mais je fonctionne plus vite que la plupart des gens et j'apprends plus vite.

C'est une aubaine et un fléau. Elle est rare et peut provoquer des cancers des surrénales et des paragangliomes, qui se sont pour l'instant stabilisés. C'est ennuyeux qu'ils ne sachent pas comment ou pourquoi j'ai un taux de dopamine aussi élevé.

Esther, as-tu subi des tests génétiques ? Les paragangliomes et les phéochromocytomes produisent certaines substances comme la dopamine, l'épinéphrine et la noradrénaline en excès, mais ces produits chimiques ne causent pas les tumeurs. J'espère vraiment que l'une de ces tumeurs ne cause pas votre problème.

Comment testent-ils vos niveaux de dopamine ?

Il y a 15 mois, on m'a diagnostiqué la maladie de Parkinson et j'ai pris de la lévodopa. Il y a 2 mois, j'ai essayé un régime cétogène et après environ une semaine, j'ai commencé à sentir mes muscles se détendre, l'effet augmentant de semaine en semaine.

Malheureusement, j'ai également connu de profondes crises d'anxiété et des palpitations cardiaques (symptômes d'excès de dopamine) qui ont diminué lorsque j'ai coupé le régime et la lévodopa et commencé à prendre du diazépam.

Après deux semaines, mes muscles se raidissent lentement, je prévois donc de recommencer le régime mais de le prendre très lentement (et de garder la lévodopa très faible).

Mon médecin a diagnostiqué une psychose causée par une augmentation des niveaux de dopamine. Je prends des médicaments contre les symptômes depuis 2013. Il y a quelque temps, j'ai commencé mon deuxième essai pour arrêter mes médicaments. Cependant, j'ai ressenti un effet de rebond en étant submergé par ces symptômes de psychose et on m'a dit de NE PAS baisser mes médicaments pendant maintenant.

Je suis un peu déçu de réaliser que je ne pourrai probablement pas bientôt vivre sans ces médicaments. Je voulais être comme tout le monde pour me sentir bien sans que mes médicaments ne manipulent mon cerveau tout le temps. Mais il semble que lorsque vous souffrez de cette maladie, même lorsque vous arrêtez de prendre vos médicaments, cela ne signifie pas que votre niveau de dopamine redeviendra normal.

Je suis bipolaire avec une dépression majeure chronique. Après m'être bêtement auto-médiqué avec le double de ma dose habituelle de Paxil lorsque mon Lamictal et mon Risperdal se sont épuisés, mes niveaux de dopamine ont explosé, mais j'ai connu l'exact opposé d'un high. Mon cerveau s'est littéralement arrêté. Je ne pouvais pas rester éveillé plus de trois heures par jour - oui, je dormais 21 heures consécutives et je me réveillais toujours épuisé.

Je ne pouvais pas ouvrir complètement les yeux. En fait, je ne pouvais pas penser de manière cohérente, je ne pouvais penser à rien du tout. J'avais la tête complètement vide d'émotions, de pensées, de réactions - je diffamais et déformais les mots lorsque j'essayais de répondre à ma mère, qui m'a trouvé comme ça et, naturellement, complètement paniqué.

J'ai passé trois jours entiers comme ça avant qu'elle ne puisse m'obtenir un rendez-vous d'urgence avec mon médecin-chef, ma mère restant à mes côtés les trois jours entiers pour s'assurer que je ne me lève pas et ne meure pas. Le psy a déclaré que l'antidépresseur, n'ayant pas été pris avec un stabilisateur de l'humeur, a provoqué une accumulation très élevée de dopamine dans mon cerveau, et c'est ce qui a causé l'arrêt mental.

J'ai arrêté de prendre le Paxil cette nuit-là et j'ai commencé le Latuda et le Lamictal le lendemain et je me suis immédiatement senti mieux après la première dose. Mon cerveau a commencé à fonctionner un peu. Je suis toujours gravement déprimé et mon environnement et moi-même sommes un désordre dégoûtant et sale, mais au moins je peux PENSER.

Version TLDR - des niveaux élevés de dopamine dans mon système ont provoqué des symptômes qui sont à l'opposé de ceux indiqués ici, le fait que je suis bipolaire (chimie cérébrale différente) pourrait avoir quelque chose à voir avec cela.

Wow! Quand je lisais cet article, je me suis dit que c'était tout à fait moi. J'ai eu beaucoup de symptômes d'excès de dopamine. Je me suis toujours demandé pourquoi j'avais autant vomi quand j'étais plus jeune. Plus tard, quand j'ai grandi, on m'a diagnostiqué une schizophrénie.

Je pense que beaucoup de choses ont contribué à ma maladie. J'avais l'habitude de prendre beaucoup de suppléments et j'ai même pris de la L-dopa pendant un certain temps, avant d'avoir mon diagnostic. Dommage que je ne le savais pas il y a des années. J'aurais pu empêcher ma maladie.

« Certains ont émis l'hypothèse que la prise de suppléments qui augmentent la sérotonine compensera naturellement les effets d'un taux élevé de dopamine. Parce qu'une augmentation de la sérotonine réduit la dopamine de manière aiguë, mais l'augmente de manière chronique, l'augmentation de l'activité de la sérotonine désinhibe la dopamine. En outre, le millepertuis a des effets IMAO, il est donc susceptible d'augmenter également la dopamine.

J'ai le syndrome de Gilles de la Tourette et je suis sous antipsychotiques, les antipsychotiques ont rendu mes tics, mes problèmes sensoriels et mes crises de rage quasi inexistants. Comme vous l'avez dit, des niveaux élevés de dopamine peuvent provoquer des mouvements musculaires involontaires et de l'agitation, donc je pense que des niveaux élevés de dopamine peuvent être une cause de mon TS. J'ai également des antécédents de schizophrénie paranoïaque et d'anxiété dans ma famille, ce qui pourrait être une cause génétique d'un taux élevé de dopamine.

Je veux savoir si la masturbation peut provoquer des hallucinations & si oui comment cela se passe-t-il ? Et comment l'arrêter à part s'abstenir de se masturber ?

La masturbation ne provoque pas d'hallucinations, mon ami.

En fait, si vous regardez les actions d'une forte teneur en dopamine, et disons, combinez cela avec les problèmes de récepteurs de la dopamine & #8230 hmm. Si l'on devait se masturber au moins quotidiennement, la base de référence de l'AD serait déjà fixée plus haut, puis ajouterait d'autres choses qui augmenteraient l'AD à partir de l'alimentation, de l'environnement, etc.

Je pense que ce serait dans le domaine du possible. Ne connaissant pas vos habitudes, je devrais présumer qu'une expérience masturbatoire particulière donnant lieu à une hallucination aurait eu d'autres facteurs qui ont également augmenté le DA.

Malheureusement, j'ai ressenti beaucoup de ces symptômes négatifs en mangeant du chocolat. Certaines formes de chocolat sont connues pour augmenter les niveaux de dopamine, surtout lorsque vous vous en gavez. J'ai constaté que je suis particulièrement vulnérable au cacao traité avec des alcalis (vous pouvez le voir sur l'étiquette de l'emballage). Il semble intensifier ces effets. En particulier, agitation, anxiété, irritabilité et pensées suspectes.

J'ai la schizophrénie et la psychose. Je trouve cet article 100% vrai. J'ai vécu tout ce qui précède. Ma dopamine augmente et j'ai eu beaucoup de problèmes à cause des choses que j'ai faites pendant que j'avais des hallucinations. J'ai été emmené quatre fois dans un hôpital psychiatrique. Je prends Latuda à 120, mon psychiatre l'a augmenté de 80 hier parce que j'ai entendu une voix hier matin et j'ai tendu la main à ma clinique.

Je me sens vraiment bien aujourd'hui. Vous pouvez mener une vie normale et vivre avec des maladies mentales si vous prenez vos médicaments tels que prescrits. Il m'a fallu quatre hospitalisations pour apprendre cela, mais j'ai décidé de me conformer à mon médecin et de me faire soigner. J'aurais pu être l'une de ces personnes qui font un massacre de masse.

Je croyais que la plupart des gens étaient des adorateurs du diable et je croyais que mes yeux et mes mains étaient des épées, donc je coupais les gens avec mes yeux ou mes mains pendant qu'ils marchaient. Avoir un niveau élevé de dopamine peut être très dangereux. La schizophrénie est une maladie dangereuse si elle n'est pas traitée. Je choisis de traiter le mien.

Merci pour la perspicacité dans la dopamine. J'avais cherché pendant un certain temps ses effets plus importants sur le corps. Merci de partager cela. Je me demandais un peu pourquoi je ressentais autant de contractions/spasmes musculaires. Parfois, j'ai eu des crampes musculaires carrément vicieuses. Maintenant, les pires moments étaient dus à une alimentation incroyablement pauvre. Une fois que j'ai changé cela, les crampes ont cessé, mais j'ai toujours eu des spasmes.

Maintenant que j'ai commencé à me supplémenter en vitamines et que je me suis abstenu de la masturbation (parfois excessive), les choses se sont en fait beaucoup améliorées. Je suis toujours en train de réduire ma consommation d'alcool, car je sais que c'est aussi un gros problème, mais je le fais étape par étape. J'ai une forte tendance à me précipiter vers un objectif avec un abandon imprudent, et compte tenu de l'état actuel de ma santé, cela pourrait finir par être suicidaire.

Merci encore pour cet article, il m'a été très utile.

Je suis confronté à des problèmes d'hypomanie. Doc m'a dit de ne pas fumer ni boire d'alcool. Mais je n'arrive pas à me contrôler. Je fume une fois par jour et bois une fois par mois. Quelqu'un peut-il dire comment cela affecte mes niveaux accrus de dopamine?

Je pense que la prise de Wellbutrin avec Adderall a provoqué des effets indésirables de trop de dopamine en moi. Le troisième jour du début de la WB, j'avais l'impression d'avoir la grippe et tous les muscles de mon petit corps maigre étaient douloureux comme si j'avais de la fièvre. Les muscles se contractaient et avaient de minuscules spasmes partout sur mon corps. C'était effrayant et il a fallu environ 35 heures pour se calmer après l'arrêt du WB.

J'avais également pris du 5-htp, donc je craignais qu'il s'agisse de problèmes de sérotonine avant de conclure qu'il s'agissait d'un problème de dopamine. Je me rends compte qu'aucun d'entre eux ne travaille seul et que tout est interconnecté, créant toutes sortes d'interactions dans mon esprit et mon corps. Je cherche toujours un certain équilibre tout en soulageant ma dépression et mes pensées suicidaires.

On m'a récemment diagnostiqué un trouble du système immunitaire appelé POTS ou syndrome de tachycardie orthostatique posturale. Mon médecin a ordonné des tests de la fonction surrénale et mes taux de dopamine et de noradrénaline étaient tous deux très élevés. On m'a dit que c'est parce que mon état fait que le système nerveux sympathique crée le sentiment de «combat ou de fuite», mais je ne ressens aucun «high» que d'autres ont dit avoir.

Je suis à l'opposé, je me sens déprimé, sans énergie et sans motivation mais en même temps très anxieux et stressé. Quelqu'un d'autre a-t-il vécu cela ? Et si oui, que pouvez-vous faire pour que les niveaux reviennent à la normale ? Je n'arrive pas à obtenir de réponses. Il m'a fallu presque un an pour me rendre à la clinique Mayo juste pour obtenir le diagnostic POTS. J'ai perdu mon emploi en raison de cette condition médicale et je suis maintenant en invalidité de longue durée. On m'a dit de boire plus de liquides, d'augmenter ma consommation de sel et de faire de l'exercice quotidiennement pour reconditionner mon corps, mais personne n'a abordé ce problème. Toute aide serait grandement appréciée.

J'ai un ami qui a été diagnostiqué avec la même maladie il y a 6 ans. Un test de table inclinable l'a entre autres confirmé. Avez-vous un cardiologue? Sinon, procurez-vous-en un dès que possible car ils devraient pouvoir vous aider. Ils utilisent un stéroïde (pour aider à la rétention d'eau), beaucoup de liquides, beaucoup de sel dans l'alimentation et quelque chose de nouveau appelé Nuvigil. Allongez-vous à plat lorsque vous vous sentez mal, réduisez le stress dans la mesure du possible et assurez-vous également de vérifier votre taux de thyroïde. Un ISRS peut également aider. C'est un état de santé fou, mais continuez juste après votre doc pour obtenir de l'aide. Mon ami va enfin mieux. Bonne chance à vous!

La personne qui vous a diagnostiqué était-elle un médecin orthodoxe ou un médecin holistique ? Je demande parce que ce que vous décrivez ressemble plus à une pression artérielle basse (hypotension). Si vous avez cela, vous n'aurez aucune énergie, absolument aucune. Vous voudrez rester au lit et pleurer toute la journée. De plus, il semble très étrange qu'ils disent que vous avez un taux élevé de dopamine, etc.

Ce que vous décrivez ne ressemble pas à un cas de niveaux de dopamine gonflés, bien au contraire. Un niveau élevé de dopamine est le sentiment que vous ressentez lorsque vous faites du parachutisme, que vous n'avez aucune inhibition à diriger des mouvements de danse à la fête (sans alcool) ou que vous êtes excité au point d'être euphorique par quelque chose. Vérifiez les symptômes d'hypotension artérielle. Ce que tu décris peut aussi être autre chose.

Qu'en est-il de l'hypothyroïdie et des tendances hypoglycémiques? Tout cela peut vous rendre anxieux et déprimé. J'ai les trois hypos donc je sais. Peut-être que vous souhaitez également envisager un deuxième avis d'un meilleur médecin. Les médecins semblent souvent être surchargés de patients et assez désemparés de nos jours. Une pression artérielle basse et les autres "hypo" peuvent signifier des symptômes de dépression et/ou d'anxiété invalidants.

Pour augmenter la tension artérielle, bien sûr, vous devez boire beaucoup, augmenter l'apport en minéraux et faire de l'exercice pour que votre sang pompe vers votre cerveau ou bien vous fonctionnez comme un tuyau ouvert à fond mais qui ne coule qu'en cas de sécheresse. Une pression artérielle basse peut vous rendre anxieux et très très fragile parfois. Si c'est vraiment grave, cela peut vous faire vomir, avoir des migraines, avoir le mal des transports et vous pouvez même vous évanouir.

Les anesthésiques et les sédatifs peuvent provoquer une hypotension artérielle. Si vous avez été hospitalisé où vous avez dû subir une anesthésie générale et que vous avez vomi/vous êtes évanoui peu de temps après votre réveil, cela est dû à une pression artérielle basse. Cela m'est arrivé et l'infirmière m'a dit que j'avais une pression artérielle basse pendant que je vomi dans le seau. Guérir? Beaucoup de fluides.

Ils vous ont mis un goutte-à-goutte pour une pression artérielle basse à l'hôpital. À la maison, si vous souffrez d'hypotension artérielle, vous pourriez avoir envie de vous suicider parce qu'il n'y a PAS vraiment de dopamine qui jaillit dans votre cerveau pour vous motiver à vivre. S'il n'y a pas de pompage sanguin pour faire fonctionner votre cerveau, vous aurez envie de mourir et vous voudrez accélérer le processus de mort dès que possible. Votre cerveau vous dit : « tuez-vous » parce qu'au fond, vous mourez d'envie de fluides. Vous devez boire un litre de liquide si vous vous sentez comme ça et les pensées noires s'estomperont probablement rapidement s'il s'agit d'une pression artérielle basse.

Essayez-le et voyez si vous vous sentez mieux. Certaines personnes doivent prendre des médicaments pour l'hypotension artérielle si elle est très grave. En faisant cela, vous stimulez également la dopamine en action, ce qui vous fera vous sentir mieux. Vous dites qu'il y a trop de dopamine ? Je me demande s'ils ont bien posé le diagnostic ou s'ils l'ont confondu avec un autre patient ? Cela peut arriver aussi.

Si vous passez une très mauvaise période avec la dépression, la recette suivante peut fonctionner pour vous. Ce n'est pas une blague. J'ai découvert par accident à une occasion que je ne pouvais pas arrêter de pleurer de dépression. J'avais pleuré pendant deux heures et je voulais mettre fin à mes jours c'était si terrible. Il n'y avait pas non plus de déclencheur particulier à ce moment-là, sauf que j'étais au chômage et terriblement ennuyé et frustré de n'avoir rien à faire le matin pour sortir du lit.

Pour une raison quelconque, au milieu de cette dépression noire, mon cerveau criait pour quelque chose de doux alors j'ai suivi le courant. J'ai mangé des biscuits au chocolat. Pour une raison quelconque, je me souvenais aussi d'un incident au cours duquel mon père était tombé d'une falaise dans un lac lors d'une randonnée il y a trois ans à cause d'une pression artérielle basse (il a survécu). Lui et moi partageons les mêmes gènes là-bas.

Aucun de nous n'a soif comme les autres. Nous avons tous les deux une pression artérielle basse et nous n'avons pas non plus soif. Nous sommes tous les deux anxieux, avons besoin de faire des activités à indice d'octane élevé pour notre santé mentale et nous aimons tous les deux le chocolat en grande quantité dans des situations ponctuelles. Nous sommes tous les deux aussi minces que des antilopes. Nous faisons tous les deux des montagnes facilement pendant notre temps libre.Eh bien, pour une raison quelconque, cet événement à propos de mon père m'est revenu à l'esprit en mangeant du chocolat.

J'ai décidé de boire un litre de liquide en y pensant. Wow. Je ne pouvais pas croire l'effet que tout ce fluide avait. C'était un changement complet de quelque chose dans mon esprit. C'était étrange. Un instant, il y avait eu des idées suicidaires et en une demi-heure, tout avait disparu avec un litre de jus et d'eau. Je me suis souvenu aussi que le cerveau a toujours besoin d'un complexe de vitamines B, surtout parce que les femmes sont plus nécessiteuses ici.

Je n'avais pas pris de suppléments depuis un certain temps, alors j'ai pensé que je devais prendre un comprimé car la bouteille était en sommeil dans le réfrigérateur et pleine de vitamines B. Si votre médecin vous dit que vous devez boire beaucoup d'eau, augmenter votre consommation de sel et faire de l'exercice, il y a de fortes chances que vous ayez une pression artérielle basse. De plus, il est fort probable que vous soyez également sujet à l'hypoglycémie. Les choses sont liées dans la chimie du cerveau.

D'après mon expérience, manger un peu de glucides sucrés peut guérir la dépression noire en une demi-heure. J'ai aussi des symptômes dépressifs noirs juste avant mes règles. La vie n'est pas juste. Mon remède personnel est un demi-litre de jus et d'eau, un comprimé de complexe multivitaminé B à dose élevée (je parle d'environ 50 mg plus des quantités de vitamines B séparées par comprimé, 2 mg de vitamine B5 ne vous aideront pas, mais 68 mg le feront) , et deux toasts de grains entiers avec beaucoup de confiture, ou 6 biscuits au chocolat d'un coup.

Pour une raison quelconque, cette recette fonctionne en une demi-heure pour moi. Je bois ensuite un autre demi-litre de liquide lorsque les pensées dépressives commencent à s'estomper. La dépression disparaît très rapidement. Je fais ça chaque fois que je sens les humeurs noires venir. Ça marche pour moi. Je le recommande à d'autres. J'ai lu que pour stimuler l'activité de la sérotonine dans le cerveau, les glucides sont très nécessaires pour le démarrer.

Je dirais que mes niveaux de dopamine et de sérotonine ont été améliorés en mangeant ce genre de glucides à ce moment-là. Cela aurait du sens. J'espère que vous trouverez un soulagement de l'anxiété. Si vous souffrez d'hypotension artérielle, il est très courant d'être une personne nerveuse et anxieuse. Ne permettez pas non plus aux gens de vous étiqueter. Ce n'est pas comme si les gens avaient le droit de vous reprocher d'être anxieux, cependant, essayez d'augmenter vos liquides, votre apport en vitamine B et la danse Bollywood ou tout autre exercice qui vous aide à vous sentir mieux.

Je vous recommande d'essayer cette idée et de voir si votre anxiété/dépression disparaît et, si oui, combien de temps il faut pour qu'elle s'atténue. Si vous vous soulagez en faisant cela, faites quelques exercices d'aérobie pendant 20 à 30 minutes et voyez ce qui se passe.

Oh mon Dieu! NE DONNEZ PAS DE CONSEILS MÉDICAUX À D'AUTRES SI VOUS N'ÊTES PAS UN PROFESSIONNEL DE LA MÉDECINE. C'est complètement dangereux ! Les gens peuvent avoir des problèmes cardiaques où les liquides supplémentaires peuvent être très dangereux, ou le diabète où le sucre est dangereux. Vous n'avez aucune idée des antécédents médicaux d'un autre et pouvez causer du tort à d'autres s'ils suivent vos instructions.

Croyez-moi, la Mayo Clinic sait ce qu'elle fait et est l'un des seuls centres aux États-Unis à pouvoir tester les POTS et le système nerveux autonome. Le POTS est lié à une pression artérielle basse temporaire ou prolongée, c'est pourquoi les gens souffrent de tachycardie. Lisez à ce sujet. Je sais que tu voulais bien, mais ne le fais pas

Merci beaucoup Dianthus pour votre histoire. Cela m'a aidé à faire le lien avec certains de ce dont j'ai besoin pour ma santé. Nous sommes tous ici pour essayer de nous entraider alors merci pour le temps que cela a pris pour écrire tout cela.

J'ai lu que les niveaux de dopamine sont à leur maximum avant l'orgasme. Si vous entendiez votre musique préférée au même moment, la dopamine resterait-elle au même niveau ou augmenterait-elle davantage ? La dopamine va-t-elle également plus haut que ce qui peut être obtenu naturellement avec la drogue récréative MDMA ? Merci.

Ma fille avait des POTS. Un médecin de Johns Hopkins, dont le nom m'échappe, a parlé avec son médecin et lui a recommandé un régime sans gluten, sans avoine, sans maïs, sans bœuf et sans produits laitiers. Cela a aidé dans environ 12 mois et à l'année 2 & 1/2, tous ses symptômes ont été résolus. Elle est devenue audacieuse et a abandonné le régime. Elle était trop heureuse pendant quelques mois, puis les POTS sont revenus. Le régime a de nouveau fonctionné. Maintenant, ce régime est connu essentiellement sous le nom de paléo sans bœuf ni produits laitiers. Espérons que cette information aide.

Bonjour, j'ai fait beaucoup de recherches. Des niveaux élevés de dopamine et de noradrénaline peuvent être liés à des niveaux élevés de cuivre ou de plomb. Obtenez une analyse des cheveux et des tests d'urine. Certains peuvent dire qu'un mauvais foie peut provoquer des niveaux élevés de cuivre.

J'ai vécu la même chose. J'ai eu un hyper-POTS, où vous avez des catécholamines élevées et une PA qui augmente de manière incontrôlable, mais tous les autres symptômes d'hypotension. Je suis aussi allé à Mayo. Il s'avère que la meilleure chose que j'ai faite a été d'AUGMENTER ma consommation de sodium, et cela a abaissé ma tension artérielle. Le cardiologue de Mayo a déclaré qu'il n'avait jamais rien vu de tel en près de 40 ans de pratique.

En bref, l'hyper-POTS était la tentative de mon corps de maintenir l'homéostasie d'un faible volume sanguin. Je vais mieux maintenant. Aucun symptôme du tout. J'ai finalement découvert que la cause de mes symptômes était une série de mutations désagréables, notamment MTHFR C677T, PEMT et PON1. Lorsque j'ai commencé à traiter ces mutations, mes symptômes ont commencé à disparaître.

J'ai aussi une MAOA homozygote et une hétéro COMT, ainsi que plusieurs mutations qui causent une sérotonine extrêmement basse, et ma dopamine/norépi a toujours été à la hauteur. Quand j'étais très malade, les médecins pensaient que j'avais une tumeur sécrétant des catécholamines, c'est à quel point les symptômes étaient insensés. Essayer de contourner les mutations avec un régime alimentaire et des suppléments a également beaucoup aidé mes niveaux de dopamine, et j'espère qu'ils continueront de s'améliorer.

Comment avez-vous découvert que vous aviez toutes ces mutations ?

Chers amis, en outre, une cause de dopamine élevée peut être une maladie du foie. Tout d'abord, il s'agit d'une maladie du métabolisme de la tyrosine. Si votre taux de dopamine est élevé, vous devrez faire un nouveau test sanguin pour la tyrosine.

Je suis allé à l'orgasme un nombre ridicule de fois l'autre jour. Après une conversation sérieuse avec quelqu'un, un petit-déjeuner et une sieste de 3 heures, j'avais besoin de conduire. J'étais debout toute la nuit, donc je n'aurais normalement pas eu l'énergie ou la concentration pour conduire sans caféine/boissons énergisantes, mais étrangement, je n'en ai pas eu. Je me sentais « high » et les orgasmes étaient la seule chose habituelle (pour moi). Je pense que principalement la dopamine a augmenté mon énergie (après la sieste), ma concentration, ma motivation et a contracté mes iris

Mon nouveau partenaire a la maladie de Parkinson. Il prend des patchs oraux et cutanés et s'injecte pour augmenter la dopamine. J'ai commencé à me sentir différent, j'ai halluciné, ma peau me démangeait et je me sentais fatigué. Je me demandais si je pouvais ramasser certains de ses agonistes (médicaments produisant de la dopamine) via la salive, les fluides corporels et même sa sueur ?

Je viens de lire cet article par google et cela m'a un peu éclairé. Je pense que j'ai beaucoup d'expérience dans le traitement des hauts et des bas de dopamine de différentes manières et j'aimerais en partager un peu avec vous. Tout d'abord, j'ai beaucoup de symptômes de bipolarité, et je suis dans une phase de rapprochement progressif du centre de ma maladie, un processus qui dure depuis des années.

Deuxièmement, je m'explore beaucoup et j'aime croire que j'ai le contrôle sur l'état de mon esprit et aussi sur ma neurochimie dans une certaine mesure. Tout le monde peut contrôler ses niveaux de dopamine en se récompensant mentalement, ce n'est qu'une question de pratique et peut devenir l'outil le plus efficace, bien plus qu'un régime ou des suppléments, pour avoir des effets directs sur votre état d'esprit.

Résumer en détail tous mes moments d'élévation de la dopamine doublerait de loin la longueur de mon commentaire maintenant, alors je vais simplement les sortir par catégories :

1) Tomber amoureux – Tout le monde le sait. J'ai toujours eu le cœur brisé quand je suis tombé amoureux, surtout en quelques jours ou semaines. Avec le recul, j'étais très à la recherche de dopamine et j'avais aussi des niveaux beaucoup trop élevés, j'étais assez anxieux pour trembler et j'avais l'impression que mon estomac se dissolvait de la production trop acide. J'ai tiré beaucoup trop de mon propre modus operandi pour être amusant de toute façon.

2) Vous stresser extrêmement à cause de quelque chose – J'étais une personne très nerveuse et en cela j'avais la capacité de me stresser pour une raison quelconque. Je l'ai entraîné assis dans le bus quand j'étais en retard et je me demandais si je devais me stresser ou me dire que je ne pouvais rien faire de toute façon, assis là. Mettre cela en pratique m'a donné une bonne énergie pour courir derrière ce métro.

3) Drogues – si vous savez que l'effet que “la première fois avec de l'alcool” ou de la marijuana, ou toute autre drogue, d'ailleurs, était le meilleur, je peux vous dire qu'il y a beaucoup de dopamine qui joue là-dedans. La seule expérience d'un médicament complètement nouveau vous donnera un effet dopaminergique, ce qui rendra inévitablement difficile d'avoir un regard vraiment objectif sur un médicament dès la première utilisation. De plus, selon le réglage, cet effet de dopamine est ce qui vous rend soit hédoniste et incroyablement heureux, soit anxieux et paranoïaque.

Dans l'ensemble, je trouve que la dopamine est un outil formidable, mais pas inoffensif, et durement négligé dans la vie. Comme le feu. Feu psychique. Merci d'avoir fait ce super article ! Amusez-vous bien. -Hakrux

Ce site utilise Akismet pour réduire le spam. Découvrez comment les données de vos commentaires sont traitées.


Conditions associées

Au début de l'article, nous avons mentionné comment la dopamine est étroitement liée à l'apparition et au développement de diverses affections neurologiques telles que la maladie de Parkinson, le TDAH, la schizophrénie, le trouble bipolaire et les dépendances.

De manière générale, les troubles associés à des niveaux altérés de dopamine ou à leur fonction sont :

Vieillissement du cerveau

la maladie de Parkinson

Troubles de la toxicomanie